Samedi, Novembre 18, 2017

A paru aux éditions Académia-Bruylant : Dictionnaire des immortels de la musique congolaise moderne

L’auteur, Jean-Pierre Nimy Nzonga, a lancé le premier « Who’s Who » de la musique congolaise.
Jean-Pierre François Nimy Nzonga, l’auteur, vient d’innover avec la sortie de cet ouvrage qui présente une approche fouillée de plus de 330 musiciens oeuvrant ou ayant œuvré en RD Congo, au Congo-Brazzaville et d’autres pays africains.

Nimy qui est musicologue, a approfondi ses recherches de façon à restituer, sans nul doute, tous les détails de la vie des « immortels » dans leur contexte véritable. « Les interactions entre l’artiste et son milieu social aident à décrypter les thèmes des chansons et leurs succès », affirme Jean-Pierre Nimy qui a analysé le contenu de certaines chansons qu’il a traduit en français poétique pour expliquer, semble-t-il, toutes les nuances et les saveurs cachées des œuvres. « Jean-Pierre » recourt dans son oeuvre aux anecdotes croustillantes et aux témoignages pris sur le vif. Il fournit des renseignements utiles et détaillés dans un style limpide qui facilite la lecture. L’intérêt historique et sociologique de cette œuvre est indéniable au regard de la place qu’occupe la musique congolaise et de son engouement en Afrique, en général, et en Afrique centrale, en particulier.

En guise d’illustration, le lecteur se souviendra de la célèbre chanson de Adu Elenga « Ata ndele mokili ekobaluka » (un jour on vivra le changement), exécutée en pleine époque coloniale. De même, l’auteur donne un éclairage digne d’intérêt sur le premier voyage à Bruxelles de l’ « African jazz », ensemble musical congolais.

Dans l’introduction de ce dictionnaire, préfacé par l’ancien ministre des Affaires étrangères et de l’Education nationale du Congo-Brazzaville, Antoine Ndinga-Oba, une partie de l’action se situe cependant en Belgique où des artistes musiciens Congolais en herbe, dont l’auteur, rappelle au lecteur le bon vieux temps. On peut citer Léon Ebeya, Max Mongali, Nzanga Zizi, Bokito Tony Dee, Oscar Sukami, Bernard Landu Kianda, Léon-Perry Bisengambi, Venant Kinzonzi Zato, etc. La lecture de cette introduction plonge le lecteur dans l’ambiance notamment de « Bolingo ya téléphone » ou de « Salami na nga ». Fondateur de l’orchestre des jeunes « Yéyé national » en Belgique, l’auteur a gardé l’esprit vif et critique qui se reflète dans son ouvrage.

Ce livre de 443 pages avec photos, est le recensement le plus large des musiciens Congolais en fonction de leur spécificité et de leur talent. Des portraits remarquables de ces stars, fleuron de la musique de la République Démocratique du Congo. De Wendo Kolosoy à JB Mpiana, en passant par Kabasele Tshiamala dit Kallé Jeff, Lwambo Makiadi Franco, Makubila Essous Jean Serge, Nino Malape, Pamelo Mounka ou Emeneya King Kester, le dictionnaire livre des à-côtés que le grand public ignore. Qui sait, par exemple, que la « Reine des mutwashi », Tshala Mwana s’appelle Elisabeth Muidikay ou la « Perle noire » Mbilia Bel c’est Mboyo Moseka Marie-Claire ?

Il est évident que tous les artistes ne sont pas répertoriés dans ce travail. Choix partisan ? L’auteur s’en défend. « Des critères de professionnalisme et de sédentarisation ont joué notamment dans la sélection des artistes ». Et d’ajouter : « L’utilisation de sources soumises à un traitement scientifique a permis la réfutation des thèses fantaisistes colportées par les rumeurs sur les dates et les circonstances de la vie des orchestres et des musiciens ».

Le vocabulaire technique, utilisé à bon escient et qui offre aux non initiés certaines clefs pour appréhender la réalité musicale, complète la panoplie de belles choses que fournit la lecture de cet ouvrage. Aujourd’hui la chaîne entre génération est rompue, constate-t-on, de sorte que les vieux artistes vivants ou décédés sont vite oubliés.

Le dictionnaire vient finalement combler cette lacune, de l’avis de l’auteur, en honorant les artistes musiciens dans leur aspiration légitime à l’immortalité. Enfin, l’ouvrage tente de dépoussiérer la mémoire oubliée de certains « immortels » qui autrement seraient à jamais relégués dans les rebutantes oubliettes de l’histoire.

Ali Kalonga

Add comment


Security code
Refresh



Billet de Ali Kalonga

Dépêches

Please install and publish "2J News Slide Plugin"

Nous Soutenir

In order to view this page you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Rédaction

Ali Kalonga

Directeur de la Rédaction

Contact: +32  493 43 68 54

alikalonga@culturecongolaise.com