Samedi, Janvier 16, 2021

vient de paraître

kwango « Kwango, le pays des Bana Lunda », une nouvelle monographie du MRAC

Après « Maniema – espace et vies » et « Haut-Uélé – Trésor touristique », « Kwango, le pays des Bana Lunda » est la troisième de la série des monographies que le Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC), consacre aux nouvelles provinces à créer en République Démocratique du Congo, selon les prescrits de la Constitution de 2006.

Sous la direction du Pr Jean Omasombo, l’équipe des rédacteurs donne, en 456 pages, avec une carte administrative et routière, un aperçu général de tous les aspects administratifs, politiques, économiques, socioculturelles de cette future province, actuellement district dans la province du Bandundu.

L’ouvrage aborde ainsi la situation sous la colonisation, l’organisation politico-administrative, la démographie, l’économie, les structures scolaires et médicales, sans négliger la mosaïque des peuples « aux relations parfois complexes ».

Les grandes tribus sont les Yaka, les Suku, les Pelende, les Lunda, les Chokwe et les Holo. Parmi les petites, on distingue les Lonzo, les Mbala, les Hungana, les Teke et les Humbu notamment. Ce maillage, précise l’ouvrage, a donné lieu à « un foisonnement culturel et artistique ».

Le document décrit les différents types de végétation (forêt claire, forêt dense et humide, savanes, etc.), ainsi que la diversité des vertébrés (crocodiles, buffles, éléphants, hippopotames, pangolins, pythons, hyène, etc).

En décidant de publier ces ouvrages, le MRAC, explique son directeur général Guido Gryseels, entend soutenir une « gestion provinciale informée et adaptée aux réalités de terrain ». La publication de ces monographies, ajoute-t-il, met des informations pertinentes à la disposition des autorités provinciales, des bailleurs de fonds extérieurs, des acteurs de la coopération, des institutions d’enseignement en RDC et de la population.

L’ouvrage note que le Kwango continue d’être classé parmi les régions pauvres « qui ne pourront pas, comme lors de l’expérience tentée au début des années 1960, intégrer la marche rapide de la décentralisation décrétée dans la Constitution de 2006 ». Occupant une position excentrée dans la province du Bandundu, ce territoire « semble ne constituer qu’un espace de passage pour le transport routier » entre la ville de Kinshasa, le Kwilu et les provinces du Kasaï à l’Est.

Sur le plan administratif et économique, ajoute la source, le Kwango paraît « déséquilibré » du fait de sa morphologie et de sa localisation : une petite poche au nord-ouest, à proximité du pôle de développement que constituent Kinshasa et Kikwit et intégrant Kenge, son chef-lieu, et une grande poche au sud-est « enfoncée dans l’Angola et exposée aux aléas des événements ».

Inexistant sur le plan industriel, le Kwango tire la majeure partie de ses ressources de l’agriculture, de l’élevage et des produits de la cueillette. L’approvisionnement de Kinshasa a longtemps constitué une soupape économique pour les producteurs et l’on attend que la réhabilitation des infrastructures donne un nouveau dynamisme à la commercialisation des produits agricoles, souligne l’ouvrage.

CC/ACP

Add comment


Security code
Refresh



Billet de Ali Kalonga

Dépêches

Please install and publish "2J News Slide Plugin"

Nous Soutenir

In order to view this page you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Rédaction

Ali Kalonga

Directeur de la Rédaction

Contact: +32  493 43 68 54

alikalonga@culturecongolaise.com