La ministre de la Culture, Arts et Patrimoines, Catherine Kathungu, annonce que son ministère travaille sur un programme national multisectoriel de réforme structurel et juridique en vue de la libéralisation du secteur de la perception de gestion des droits d'auteurs et des droits voisins.

Elle l'a affirmé dans son discours prononcé à l'occasion de la Journée Africaine du droit d'auteur, célébrée le mardi 14 septembre dernier.

S'adressant aux artistes, Catherine Kathungu a insisté sur la nécessité de la gestion collective des bénéfices de leurs œuvres. Elle a indiqué que les intérêts de la collectivité des ayants doivent caractériser dorénavant les structures qui doivent gérer les droits d'auteur et la gestion collective des artistes.

"Nous, artistes congolais, devons nous réveiller et quitter l'autarcie afin de faire comme d'autres Africains réunis qui ont généré plus de 80 millions de dollars en 2019 pendant que chez nous, nous ignorons comment ces droits sont collectés et distribués", a-t-elle déclaré.

La ministre de la Culture, Arts et Patrimoines promet de mettre en place des actions visant à mettre un terme aux pratiques qui ont découragé les artistes et ont semblé occulté plusieurs de leurs talents.

"Dans la dynamique gagnant-gagnant de l'industrie culturelle que la RDC veut promouvoir, les artistes vont amener de l'argent dans les caisses de l'État et vont améliorer leurs conditions de vie. Ils sont donc appelés à créer une caisse de péréquation pour leur bien être social", a-t-elle déclaré.

La Journée Africaine du Droit d’auteur et de la gestion collective de bénéfice a été instituée il y a de cela 4 ans. Elle a été décrétée par 20 sociétés d’auteurs et de créateurs africains.

En ce qui concerne la République Démocratique du Congo,  il a été instituée, il y a de cela 52 ans, la Société Nationale des Editeurs Compositeurs et Auteurs (SONECA) créée pour une durée de 30 ans. Celle-ci était dotée du monopole dans la question et a été remplacée par la SOCODA en mars 2011 après un glissement de 12 années.

 Orly-Darel Ngiambukulu



Au cours de l'année écoulée, on a assisté à une sorte de lent retour vers le passé, souvent à contrecœur et superficiel, de la part des anciennes puissances coloniales. Le gouvernement allemand a présenté ses excuses pour le génocide perpétré contre les peuples Herero et Nama en Namibie. Le gouvernement et le parlement français ont promis de restituer un nombre limité d'œuvres d'art, et les musées du Royaume-Uni, des Pays-Bas et d'Allemagne ont pris des mesures similaires. Tout cela suit d’autres initiatives prises au courant de ces dernières années. Comme celle du Royaume-Uni qui, en 2013, a présenté des excuses officielles, ainsi que des réparations d’environ 31 millions de dollars, pour la torture et les abus commis contre les Kényans pendant les années 50.

Un débat similaire a éclaté en Belgique, à la suite du meurtre de George Floyd par un policier de Minneapolis (Etats-Unis) en mai 2020, après une grande mobilisation des activistes de Black Lives Matter en Belgique en juin 2020, et avant le 60e anniversaire de l'indépendance du Congo. Des statues du roi Léopold II ont été retirées à Gand, Bruxelles, Anvers, Mons et Louvain (au moins une dizaine de statues restent); le roi Philippe, descendant du roi Léopold, a écrit une lettre au président congolais, exprimant ses « regrets profonds pour les blessures du passé ». Pour un pays où la bande dessinée raciste « Tintin au Congo » se trouve encore dans de nombreuses salles de classe et où de nombreuses rues portent encore le nom de fonctionnaires coloniaux et du roi Léopold II, il s'agit d'une prise de conscience tardive et partielle.

Mais la manière dont le débat a été structuré a largement exclu les principales victimes de ces abus : le peuple congolais. Même la lettre du roi Philippe était adressée au président Tshisekedi, et non à ses 90 millions de concitoyens. Alors que les organisations de la diaspora, qui travaillent souvent aux côtés ou sous la bannière des manifestations de Black Lives Matter, ont fait preuve d'un activisme fervent, les débats publics et dans les médias se sont généralement limités à la Belgique. Une commission politique et politisée

La Commission spéciale mise en place par le Parlement pour examiner le passé colonial de la Belgique en est un exemple. Créée en juin 2020, cette commission de 17 parlementaires a été chargée de l'énorme tâche d'évaluer l'impact du colonialisme belge sur le Rwanda, le Burundi et la RD Congo et de proposer des recommandations concernant la « réconciliation » (comme si il y avait des abus commis de tous les côtés, entre la Belgique et ses anciennes colonies), l'accès à l'information et le retrait ou la contextualisation des monuments et symboles historiques. Par contre, le mot 'réparation' est absent de la résolution.

La commission est une affaire parlementaire, inscrite dans et limitée par les dynamiques politiques belges. En Belgique le passé colonial est vu d’une façon très différente par les différents acteurs et partis politiques. On peut s’attendre à ce que le résultat final de la commission soit un compromis d'un processus hautement politisé entre ses différents acteurs. Ce ne sont certainement pas les intérêts des Congolais qui vont guider cette démarche.

La commission s'appuie sur un collège d’experts qui sont chargés de soumettre un rapport. Mais comme il s'agit d'une commission politique, chaque parti politique a donc pu nommer ses représentants, sans aucune consultation officielle en Belgique ou au Congo.

Des controverses ont rapidement éclaté au sujet de certains de ces experts. Il n’y a que deux membres d’origine congolaise-le professeur Zana Mathieu Etambala, qui a passé la plupart de sa vie en Belgique; et le professeur Elikia M’Bokolo, qui a fait parler de lui en 2018 quand il a rejoint la coalition FCC de Joseph Kabila, juste avant les élections. L’une de ses membres Belges, d’origine rwandaise, Laure Uwase, appartient aussi à l'association Jambo Asbl, qui a sympathisé avec des organisations militantes de la diaspora hutue rwandaise. Un groupe d'historiens congolais et belges a écrit une lettre pour protester contre la composition du collège d’experts, déclarant : « Il nous paraît étrange que, contrairement au projet initialement prévu, la commission ait amalgamé des historiens de la question coloniale à des avocats, des représentants d'associations de la diaspora congolaise ou d'institutions chargées de questions sociales contemporaines ».

Depuis que la commission a commencé ses travaux, il n'y a eu que peu de consultation ou de sensibilisation du public belge ou congolais. L'approche adoptée par le Parlement, qui a rédigé le mandat de la commission, était dictée d'en haut, apparemment afin de maintenir le contrôle du processus. La commission n'a pas non plus demandé au public de soumettre des propositions, des notes d'orientation ou des déclarations. En partie à cause des restrictions de voyage dues à la Covid-19 et des restrictions budgétaires et les exigences pour le 1er rapport, les experts de la commission ont largement effectué des recherches sur dossier. En fait, l'idée était de commencer par ce genre d'étude et des discussions à huis clos, pour possiblement ouvrir à des consultants plus larges dans une phase ultérieure. L’impossibilité d’une justice rendue par les anciens colons

Cette approche discrète a permis au travail de passer largement inaperçu au Congo. Hormis la lettre d'historiens mentionnée ci-dessus, les médias congolais n'ont fait que quelques rares mentions de son travail. Comme l'écrit le professeur Aymar Bisoka, « l'absence de la victime [est] cachée par la domination du bourreau-justicier ».

Pour certains chercheurs et militants, il pourrait s'agir d'une occasion manquée. Tracy Bibo - Tansia, une écrivaine et politologue qui a suivi de près les travaux de la commission, voit l'impact de la colonisation dans toute la société congolaise, dans les conditions matérielles de la population, mais aussi dans les domaines psychologiques et spirituels. « Le gouvernement ici devrait prendre les devants, le président pourrait convoquer une conférence sur la question, pour attirer l'attention du public. Les partis politiques devraient en parler ».   Le groupe des experts a maintenant soumis son rapport; la commission parlementaire décidera les étapes suivantes. Selon des sources proches de la commission, des consultations publiques pourraient alors avoir lieu au cours de cette deuxième phase. Le danger, cependant, est que sans une pression publique significative en Belgique et au Congo, la commission évitera de remettre en question l'apathie et l'ignorance généralisées qui entourent le passé colonial en Belgique. Des sujets controversés tels que les réparations pour le pillage des esclaves et des richesses - pas mentionné dans la résolution -, la restitution des objets culturels et une révision approfondie des cours d'histoire pourraient être éludés ou étouffés dans l'œuf.

Il ne faut peut-être pas placer trop d'espoir dans la commission ; il est possible qu’on se trouve devant une aporie. Comme le conclut Bisoka, l'idée même que nous attendons la justice de l'ancienne métropole coloniale est déplacée et reproduit l'indignité et la soumission. « En effet, c'est seulement lorsque la victime n'est pas un humain que le bourreau peut se permettre de devenir justicier. C'est seulement lorsqu'il est pris dans un narcissisme et une toute-puissance névrotique qu'il peut convoquer des commissions pour statuer sur son propre crime ».

Mais si Bisoka a raison, il y a un besoin encore plus grand d'un véritable projet de réécriture de l'histoire et d'exigence de justice pour les torts du passé, mais cette fois sous l'impulsion et la direction des Congolais eux-mêmes.

Jason Stearns, directeur du Groupe d’étude sur le Congo



Histoire de la Rumba congolaise comme justification de la candidature à l’UNESCO

C’est la ligne droite vers l’inscription de la Rumba congolaise sur la liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité (sous l’égide de l’UNESCO) !

Annoncée dès 2012, lors du IXe Sommet de la Francophonie à Kinshasa, dans le cadre du Colloque « Vues d’Afrique », cette inscription de la rumba congolaise a trainé faute d’une prise en charge officielle efficace. C’est finalement  deux ans après ce colloque, grâce aux initiatives audacieuses héritées du Ministre feu BANZA Mukalayi et de ses successeurs  Mutiri (en fait ministre du Tourisme faisant l’intérim de celui de la Culture) et Madiya, que les lignes ont commencé à bouger : création de la commission/ Rumba , classement de la Rumba sur la liste du Patrimoine culturel national, connexion  avec les experts et les officiels du Congo- Brazza ( pour des raisons historiques mais aussi pour augmenter les chances de la candidature à l’inscription sur la liste mondiale), travaux techniques et scientifiques approfondis pour la  justification du dossier, selon les critères de l’UNESCO…

L’une des approches de la justification a été l’histoire de la Rumba. Cette histoire est à la fois lointaine et proche, avec des  faits complexes dans un cas comme dans l’autre. L’histoire ancienne est celle liée à la traite négrière de nos ancêtres vendus et déportés dans les Amériques au 15e-16e siècle, avec des rencontres de traditions culturelles diverses, éprouvantes, intenses soit avec les Amérindiens, soit avec les maitres européens, soit avec les autres esclaves des autres contrées, africaines ou pas. D’où des synthétismes d’ordre rituel et religieux ; d’où des osmoses de rythmes musicaux. Dont la Rumba. L’histoire récente est celle de la colonisation européenne en Afrique, début 20e siècle,  notamment en Afrique centrale, avec l’urbanisation et  ses enjeux de multiculturalité : par exemple arrivée des marins américains et européens sur les côtes africaines avec des disques « Vinyl » ( « palaka » en lingala), ouverture à Kinshasa et à Brazzaville des maisons de vente et de duplication de disques d’origines diverses : «  pachanga », «  charanga », « tango » sud-américains, « jazz » et « blue’s » nord-américains, chansonnette française, etc. Mais  aussi, apport des  chants et danses  des  terroirs  inspirés par la mobilité sur le fleuve : du folklore agbayu, kebo, engonza…

Comme l’a décrit Pr. GOMA-Thethet,  musicologue mais aussi Co-président de la Commission/Rumba à Brazzaville : «  A l’image du fleuve Congo qui a puisé ses eaux de celles de tous ses affluents, la Rumba congolaise a elle aussi, puisé à diverses matrices (…) ;  et a bénéficié des apports exogènes. Bien qu’ayant puisé à diverses sources, la Rumba congolaise a acquis son originalité, sa spécificité comme la musique et la danse du Pool Malebo. Elle a enrichi  plusieurs musiques en Afrique et ailleurs … »

Critères de l’UNESCO pour la candidature à l’inscription

Rappelons à présent les critères exigés par l’UNESCO pour  l’inscription sur la liste représentative du Patrimoine culturel et immatériel de l’humanité, aux termes de la Convention de 2003 (qui se veut protectrice et promotrice du patrimoine culturel immatériel, parce que « volatile », intangible et exposé à la marge et à  l’oubli de la mémoire collective).

 1e critère: l’élément candidaté devra être un élément d’exception, à valeur intrinsèque d’esthétique et d’éthique ; mais aussi à valeur extrinsèque, à valeur ajoutée de transmission des savoirs  de génération à génération, avec des traditions et une créativité inépuisables. C’est le cas de la Rumba congolaise ;

   2e critère : l’élément doit être une émanation du génie et de l’inspiration des communautés dont dépend l’élément, avec vocation et thématique  de cohésion sociale. La  Rumba n’est-elle pas « populaire » (au sens de représentativité et d’icône ;  au sens d’expansions et d’adhésions à l’infini des fans toutes tendances et toutes générations confondues, au sens des thèmes variés abordés ?

3e critère : l’élément doit être reconnu et valorisé par la communauté scientifique. Depuis une trentaine d’années, si pas plus, la Rumba congolaise a cessé d’être seulement une affaire de dilettante pour devenir une question de spécialistes et d’universitaires,  dans les deux  Congo et ailleurs dans le monde ;

4e critère : l’élément doit bénéficier de l’appui des Etats parties de la Convention (2003) et    requérants. La candidature de la Rumba a été officiellement introduite le 26 mars 2020 par  les Ministres des deux Congo :  MM. Lukundji (RDC) et Moyongo (Congo-Brazzaville) ;

5e critère : la candidature devra être étayée par des  inventaires fiables en tant que « pièces à conviction ». Rappelons  que la Rumba congolaise a été classée « patrimoine congolais » en 2015 à Kinshasa ; mais les  deux Congo ont justifié des « pièces à conviction » fiables  et viables, non seulement à partir des institutions de conservation et de promotion ( musées, associations  des praticiens, chaines radio-tv, orchestres, Instituts  d’arts),  mais aussi à partir des témoignages  de ceux que l’UNESCO appelle THV (Trésors Humains Vivants) que sont les conservateurs privés, les praticiens des anciennes générations, les « maitres » enseignants du tradi-moderne, etc.

L’enjeu actuel de la candidature

Rappelons également l’enjeu actuel de l’inscription : autant la RDC  a pu  faire inscrire en 1972, 5 sites du patrimoine naturel (un record !) ; mais jusqu’ à présent aucun élément du patrimoine culturel ni matériel ni immatériel. En Afrique centrale seuls 2 pays ont réussi dans l’immatériel : la République Centrafricaine avec les polyphonies pygmées et le Burundi avec les Tambourinaires.  La candidature de la Rumba congolaise est donc une sorte de cheval de Troie (et de cheval de bataille !) pour d’autres inscriptions de prestige plus tard.

On peut se poser la question sur l’absence de l’Angola sur la liste des pays candidats alors que la Rumba dite congolaise a bénéficié des apports diverses (L’Angola de Oliveira ou de Sam Mangwana, le Cameroun de Manu Dibango, la Centrafrique de Boybanda  ou la Rhodésie de Isaac Musekwa, ainsi que la Belgique de Gilbert Warnant)…

Pour le cas particulier de l’Angola (pressenti dès le départ des tractations comme pays co-signataire de la candidature), ce pays voisin et ami  n’avait pas ratifié la Convention de 2003, une condition sine qua non. Cependant l’UNESCO permet de revenir à la charge même après un premier succès avec le nombre limité des Etats   requérants ; et renforcer le front des candidats pour d’autres sessions ultérieures.

Perspectives

Deux étapes de validation de la candidature sont importantes a l’UNESCO : au niveau su Secrétariat Technique pour l’approbation du dossier technique et  scientifique soumis. Nous avons formellement gagné cette étape, d’après ce Secrétariat Technique. Reste le niveau du jury «  politique » et « diplomatique »  du Conseil Exécutif. Verdict 3e trimestre 2021. Un déploiement stratégique et un lobbying politique et diplomatique deviennent urgents aussi bien sur place en Afrique centrale qu’auprès des ambassadeurs à l’UNESCO.

Question récurrente : qu’adviendra-t-il comme dividendes après l’inscription officielle de la Rumba congolaise ? Ce sera un label confirmé sur le génie créatif des Congolais, et donc une incitation au partenariat autrement professionnel des mécènes, des sponsors et des producteurs. L’inscription officielle est aussi  une interpellation en direction de nos Etats congolais en vue d’une responsabilité plus affirmée en termes de politique culturelle, notamment en termes de promotion des industries créatives et en termes de professionnalisation des métiers de la musique. Sans compter que ce label, bien entretenu, bien promu, est en droit d’améliorer l’image de marque de nos pays, comme une manœuvre de « soft power » au cœur d’une diplomatie culturelle d’hégémonie compétitive à l’échelle géostratégique.

Pr. Yoka Lye

Président  de la commission/Rumba pour la promotion internationale

 
 


Après son concert éclair de 18 minutes sur la scène du Femua, le 12 septembre à Abidjan, la star congolaise a choisi de s’expliquer. Jeune Afrique publie son droit de réponse.

« Le Femua est un événement culturel majeur pour l’Afrique et pour la promotion des musiques africaines sur le continent et pour les diasporas. J’ai toujours pris plaisir à y participer et toujours vécu comme un honneur d’y être convié au fil de mes années de carrière. Cependant, cette édition n’a pas eu la même saveur… Dès les prémices, de nombreux problèmes sont apparus. D’abord, d’ordre budgétaire. J’ignore les raisons de ces coupes, mais les conditions de voyage de mon équipe s’en sont ressenties. Puis, d’ordre logistique, ce qui a conduit à cette situation qu’on a choisi d’ériger en polémique. Je tiens toutefois à saluer la détermination des organisateurs qui, en dépit de ces lacunes, ont fait le maximum pour maintenir le festival.

Ce dimanche, le groupe et moi-même étions d’abord programmés à minuit. Je suis un artiste, j’ai l’expérience de la scène et sait que la programmation peut parfois être retardée. Passer une heure plus tard n’aurait pas entraîné de scandale. Mais ce n’est que vers 23 h 45, alors que nous étions prêts à faire le show, que l’on est venu nous prévenir que notre passage avait été décalé à 4 h du matin !

« La déception fut douloureuse »

En 40 années de carrière assidue, rien ne m’a jamais plus meurtri que l’idée de manquer une rencontre avec mon public ; où qu’il se trouve. Nous avons donc pris notre mal en patience et trompé l’attente en profitant de la magie des lieux de fête abidjanaise. De retour sur le festival, en avance pour être à l’heure, comme toujours, on nous annonce encore un report : nous passerons finalement à 6 heures du matin.

IMAGINEZ ENCORE L’ÉTAT DE FATIGUE QU’A DÛ COMBATTRE UN HOMME DE MON ÂGE

Mais à notre arrivée sur scène, alors que nous étions décidés à célébrer cette musique que nous aimons tant, malgré tout, la déception fut douloureuse. Imaginez ce public, mobilisé depuis la veille au soir, épuisé par une succession d’artistes des plus talentueux, qui, au petit matin – et cela est naturel –, commence à ressentir la fatigue et à déserter les lieux. Imaginez l’état de ces jeunes après une soirée enivrée par les basses et les percussions.

Si vous pouvez le ressentir, imaginez encore l’état de fatigue qu’a dû combattre un homme de mon âge après des heures d’attente ; imaginez l’état de lassitude de mes musiciens et danseurs dont on a brutalement fait redescendre l’adrénaline à trois reprises… Imaginez-nous, imaginez-moi, doyen des ambassadeurs de la musique africaine, affronter une poignée d’irréductibles clairsemés dans cet espace. Moi, surplombant l’endroit et capable d’apercevoir le sol et tout cet air rempli par le vide.

« Nous aurons d’autres rendez-vous »

J’ai vécu cet épisode comme un manque de considération envers ma personne, mes musiciens, et en particulier envers mes fans qui en ont fait les frais. Ils sont les seuls à qui j’adresse mes excuses, bien qu’on ait choisi de me jeter en pâture.

Cette affaire n’en n’est pas une mais je vous devais ma version. Abidjan, nous aurons d’autres rendez-vous. Vive la musique et vive l’Afrique. Rendez-vous le 27 novembre à Paris, pour ceux qui pourront y être, afin de partager cette passion que nous avons en commun depuis le début.

Votre Mopao »

 


Depuis presqu’une année, il était annoncé que je me produirai au #Zenith_de_Paris avec tout mon orchestre #Wenge_Musica_Maison_Mère. Comme je crois toujours en l’honneur collective, j’ai bien voulu associer des artistes musiciens, traditionels et comédiens pour la plus grande satisfaction du publique européen. Un grand travail était fait pour la publicité de l’événement et son organisation.

Au même moment, le spectacle prévu était combattu visible comme vous le savez plus que moi par des vidéos qui circulent. La Préfecture de Police de Paris a décidé d’assoire ce concert après un pénible engagement administratif avec l’ambassade de France à Kinshasa.

Bien que les raisons avancées soient clairement discutables, je respecte cette position partisane qui n’a pas fait object de consultation avec la maison de production du dit concert et a balayé toutes les preuves fournies en soutenance de notre position.

Merci aux fans qui avaient manifesté leur amour par l’achat du billet, merci à #Torpedo_Powered_by_Overlook pour la confiance, merci à mon équipe de management et aux agens publicitaires. Les billets sont remboursables aux points de vente. “L’homme se mesure devant les obstacles” dit-on. Je répondrai par l’art et avec force car ce qui compte c’est de se léver et continuer la marche. Merci aux artistes qui ont manifesté leur soutien à ce concert.

Merci aux autorités qui se sont impliquées pour une solution qui serait bonne avant tout.

Ceux qui tuent la culture congolaise ne vont jamais bâtir un Congo prospère car de la haine ne peut venir que du vénin.
Dieu n’a jamais été corrompu et c’est lui seul, Dieu, qui va nous juger. Moi, je pardonne à ceux dont l’honneur et le bonheur sont dans l’annulation de ce concert.

Je vous aime bien
Ngiama Makanda Werrason, Ambassadeur de la Paix

voiceofcongo.net/CC

 


Le concert de l’artiste musicien congolais Noël Ngiama Makanda alias Werrason, prévu le 25 septembre au Zénith de Paris La Villette, vient d’être annulé, lundi soir 20 septembre, par la préfecture de police dans son arrêté 2021-00965. 

Cet arrêté de la préfecture de police considère que ce concert présente des risques de troubles graves à l'ordre public et d'atteinte à la sécurité des spectateurs qu'il convient de prévenir par des mesures adaptées. La préfecture de police indique, par ailleurs, que la décision peut être contestée endéans 2 mois.

"Considérant qu'un concert de l'artiste congolais Noël Ngiama Makanda dit Werrason est programmé le samedi 25 septembre 2021 à 20h00, au Zénith Paris-La Villette; que ce concert s'inscrit dans un contexte politique particulièrement tendu et violent entre partisans et opposants au régime en place en République Démocratique du Congo (RDC); que l'artiste Werrason, considéré comme un proche de l'ancien Président congolais Joseph Kabila et son successeur l'actuel président Félix Tshisekedi , suscite une mobilisation croissante chez les opposants radicaux congolais de la diaspora installés en France et dans les pays voisins européens, qui ont déposé plusieurs déclarations des manifestations pour le 25 septembre prochain aux abords du Zénith, avec l'intention d'en découdre avec les spectateurs du concert et de créer des désordres à l'intérieur et à l'extérieur de la salle de concert(...)",

« Si vous estimez devoir contester la présente décision, il vous est possible, dans un délai de deux mois à compter de la date de la notification, soit de saisir d'un recours gracieux, le Préfet de Police ou de former un recours hiérarchique auprès du Ministre de l'intérieur soit de saisir d'un recours contentieux le Tribunal administratif compétent », indique l’arrêté.

Werrason est considéré comme un proche de l'ancien Président Joseph KABILA et son successeur Félix TSHISEKEDI, ce qui suscite une mobilisation croissante chez les opposants radicaux congolais de la diaspora installés en France et dans les pays voisins européens, qui ont déposé plusieurs déclarations de manifestations pour le 25 septembre prochain aux abords du Zénith, avec l'intention d'en découdre avec les spectateurs du concert et de créer des désordres à l'intérieur et à l'extérieur de la salle de concert.

Werrason a déjà fait, à plusieurs reprises, l'objet de violentes contestations à l'annonce de concerts en France qu'il a finalement annulés face aux menaces de troubles, notamment les 19 février et 26 mars 2011, respectivement à l'Elysée Montmartre à Paris 18ème et au Théâtre du Gymnase à Paris 10ème.

Il sied de signaler que le concert de Fally Ipupa, aussi considéré comme proche du pouvoir, le 28 février 2020, à Accor  Hôtels Arena à Paris 12ème, a été émaillé de troubles graves à l'ordre public. 44 véhicules particuliers, 132 deux-roues et 4 utilitaires ont été dégradés par incendie et 60 personnes ont été interpellées.

Pour rappel, c'est depuis 2010 que les productions musicales congolaises au niveau de l'Europe ne se réalisent plus. Une catégorie de congolais de la diaspora, appelés les combattants, mène des fortes lobbies pour empêcher ces concerts, pour une seule raison, la population croupit dans la misère, pendant que ces musiciens courtisent avec les dirigeants du pays. 

Emmanuel Kuzamba/Ali Kalonga



Des fanatiques de l'artiste musicien Ngiama Makanda Werra Son et des membres de l'asbl "Artistes en danger" ont fait un sit-in devant l'ambassade de France à Kinshasa lundi 20 septembre pour réclamer l'octroi des visas aux membres du groupe musical "Wenge Musica Maison Mère" qui devrait se produire le 25 septembre prochain au Zénith de Paris.

A cet effet, Shaka Kongo, leader de "Artistes en danger" était porteur d'un mémo à remettre à la chancellerie française.

Pour les nombreux fans de la star congolaise qui la tiennent pour la meilleure de sa génération, un nouveau report est inimaginable.

Ce spectacle a déjà subi deux reports, le 12 juin et le 17 septembre. Les raisons officielles de ces reports ne sont pas connues. Mais, le refus de délivrer des visas aux musiciens serait la cause, pense-t-on.

Werra s'est déjà produit à quatre reprises dans cette salle mythique de Zénith de Paris où Abeti Masikini, d'heureuse mémoire, la première vedette congolaise, y a joué avec un énorme succès.

Ali Kalonga

 



Le « Pool Malebo Stand-up Comedy », un évènement d’humour, qui met en avant les artistes de la RDC et de la République du Congo, prévoit sa 4ème édition le 9 octobre prochain, au Pullman Grand Hôtel de Kinshasa. Dans l’ambition d’organiser des soirées inoubliables avec des pointures du monde de l’humour local et international, des talents locaux comme les Nyota, Félix Kisabaka ou Ronsia Kukielukila et un invité spécial béninois se verront sur scène.

« Sa particularité, c'est son format. Les éditions passées étaient des évènements à format réduit du public. Cette édition n’est pas seulement nourrie en programmation artistique mais aussi elle va recevoir un grand public avec un spécial Guest qui nous viendra du Bénin », a dit à ACTUALITÉ.CD, Dauphin Zangani, administrateur de l’événement.

Plus ou moins 100.000 spectateurs sont attendus sur l’ensemble d’événements en présentiel et sur les réseaux sociaux. Le Pool Malebo Stand up Comedy se veut être l’événement humoristique de prochaines années et un concept d’humour permanent à Kinshasa, qui se tiendra tous les 45 jours.

L’organisateur martèle sur le rire comme étant le propre de l’homme, un outil qui, en plus d’assurer le divertissement et l’évasion pour toute une famille, constitue un véritable ciment social, élément fédérateur entre cultures et génération, permettant l’ouverture d’esprit et l’apaisement. L’humour est devenu la discipline par excellence qui draine un public de qualité dans ses spectacles partout en Afrique. Les humoristes sur scène preste, transmettent de la bonne humeur mais aussi communiquent qualitativement.

Depuis sa création et sa mise en place en mars 2019, Le Pool Malebo Stand-Up Comedy a déjà vu passer sur sa scène beaucoup d’humoristes comme Michael Sengazi (Rwanda), Félix Kisabaka (RDC), Juste Parfait (Congo), Cerveau Magique (Congo), Les Nyota (RDC), Kimana Formidable (Congo), Riches K, Kevin Key, Hervé Lokwa,... Mais aussi des artistes musiciens.

Le Pool Malebo Stand-up Comedy est un concept original du Pool Malebo Comedy Entertainment Group. Il est pensé et créé puis mis en place dans le souci de développer les talents des artistes de la RDC et la République du Congo. Mais aussi pour sortir de la dépendance de scène d’autres pays africains. C’est le made in Congo du grand Pool Malebo en Humour. C’est-à-dire donner le temps de scène, surtout d’expression aux artistes congolais. Il a pour mission de s’organiser périodiquement à Kinshasa et à Brazzaville.

Pool Malebo Stand-Up Comedy était une soirée qui se tenait chaque 60 jours en 2019. Désormais ces événements se tiendront chaque 45 jours à partir du 09 octobre. C’est l’une de rares plateformes d’expressions scéniques des artistes des deux Congo, mais aussi d’Afrique. Il met un accent particulier sur le développement de jeunes talents.

Emmanuel Kuzamba

A Propos

www.culturecongolaise.com

Ali Kalonga

Directeur de la Rédaction

Tél (whatsapp): +243 808 856 557

alikalonga@culturecongolaise.com

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.