Paul Kagame est Président du Rwanda depuis l’an 2000. En réalité, il dirige le pays depuis 1994. Sous sa houlette, les agressions du Rwanda contre notre pays convoité par tous les pays voisins et la Chine ont débuté en 1996. Comme si cela ne suffisait pas, il vient de déclarer urbi et orbi qu'il compte se présenter aux prochaines élections et rester au pouvoir les 20 prochaines années. Stupeur et tremblements !

Ceci expliquant cela, il va donc continuer à traquer ses opposants politiques et à les assassiner. Saperlipopette !

Il compte encore nous pourrir la vie pendant 20 longues années. Enfer et damnation !

C’est depuis mi-juin que le M23, la milice de Paul Kagame, occupe la cité frontalière de Bunagana et les alentours.

Pour dissiper les tensions, une rencontre tripartite RDC-Rwanda-Angola s’est tenue le 6 juillet en Angola. Le chef de l’Etat angolais João Lourenço, médiateur du conflit entre les deux pays, avait pourtant annoncé des résultats positifs, notamment un cessez-le-feu et la réactivation de la commission mixte RDC-Rwanda qui ne s'était plus réunie depuis plusieurs années.

Voilà que deux jours après, les démentis commencent à pleuvoir. Le Rwanda affirme n’avoir signé ni accord ni cessez-le-feu avec la République démocratique du Congo (RDC). Le seul résultat tangible de cette rencontre est une feuille de route avec objectifs clairs et activités qui sera mise en œuvre par les différentes parties. Stupeur et tremblements !

Paul Kagame enfonce encore le clou en affirmant que « le M23 n’est pas le problème du Rwanda, ce ne sont pas des Rwandais. Nous n’avons pas besoin d’eux pour quoi que ce soit. Ce ne sont pas des gens qui sont venus du Rwanda, alors pourquoi est-ce qu’on va mélanger ce problème du M23 avec le problème du Rwanda ? ».

Ô rage, Ô désespoir, Ô vieillesse ennemie ! N’ai-je tant vécu que pour cette infâmie ?  Ce qui ne me tue pas me rend plus fort, disait le philosophe allemand Friedrich Nietzsche.

D’après mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa la déglinguée, la populace réclame à cor et à cri une déclaration de guerre au Rwanda. L'ennemi n'est pas celui qui te fait face, l'épée à la main. C'est celui qui est à côté de toi, le poignard dans le dos. Cela permettra d’en finir une fois pour toutes avec les manigances de Paul Kagame réputé maître dans l’art de poignarder les gens dans le dos.

En attendant, le peuple réclame d’expulser l’ambassadeur du Rwanda à Kinshasa, de rompre les relations diplomatiques et de fermer toutes frontières avec ce pays.

D’après mon ami qui sait tout, le Rwanda est un pays pauvre dont 50% des revenus proviennent des rapines au Congo. Le pays va tomber d’inanition si on leur ôte ce beefsteak de la bouche. Ceux qui gouvernent le monde, n’accepteront jamais une guerre contre le Rwanda, encore moins une déstabilisation. Because ? Les grands de ce monde se reprochent de n’avoir pas agi à temps pour arrêter les massacres entre Hutus et Tutsis en 1994. Ils sont appelés aujourd’hui génocide des Tutsis rwandais.

Attention à ne pas être taxé de négationniste ! Il y en a qui furent jetés en prison, il y en a  qui furent assassinés parce que taxés de négationnistes !

Evidemment, l’histoire est toujours écrite par les vainqueurs. C’est ainsi que le Rwanda qui n’est rien sur le plan économique, commercial et stratégique a acquis une importance symbolique considérable.  Sapristi !

Nous devons donc continuer à faire avec. Stupeur et tremblements !

On dit chez nous qu’aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser.

GML



Reprise ce lundi 11 juillet, l’affaire Bukanga Lonzo mettant en cause Matata Ponyo, Patrice Kitebi et Christophe Grobler a été renvoyée au jeudi 14 juillet prochain. La Cour de cassation a été obligée d’ordonner la remise en vue de trouver un interprète pour les déclarations du prévenu Krobler.

L’affaire est encore au début. La Cour de cassation n’a pas encore procédé à l’instruction du dossier qui consiste à rechercher les éléments à charge ou à décharge et les parties de la défense n’ont pas encore soulevé d’exception.

À la dernière audience, l’affaire avait été renvoyée pour notifier l’audience à l’égard de Matata Ponyo qui était aux Etats-Unis. Cette fois-ci le leader du parti LGD est bel et bien présent pour répondre à la justice.

Matata Ponyo et ses coaccusés sont poursuivis pour détournement des fonds destinés au projet du Parc agroalimentaire de Bukanga Lonzo. Après que la Cour constitutionnelle s’est déclarée incompétente à juger les prévenus, le dossier est alors transmis à la Cour de cassation.

Acturdc.com/CC



Le calendrier scolaire pour l’édition 2022-2023 est déjà publié par le ministère de l’ESPT. Il a été transmis aux gouverneurs de provinces. La rentrée scolaire est, en effet, prévue le 05 septembre prochain. L’année scolaire édition 2021–2022 se clôture le mardi 19 juillet 2022.

Le document renseigne que la reprise des activités scolaires doit se passer dans le strict respect des gestes barrières, conformément au protocole de lutte contre la Covid-19. Ce calendrier scolaire ne peut être modifié que par le patron de l’EPST, le Professeur Tony Mwaba.

« Les responsables provinciaux de l’enseignement primaire, secondaire et technique sont invités à veiller au strict respect du présent calendrier scolaire », indique le ministre.

Acturdc.com/CC



L’archevêché de Kinshasa organise ce lundi 11 juillet des messes d’action de grâce en mémoire du Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, décédé le 11 juillet 2021 à Paris (France), où il suivait des soins.

Le prélat catholique était gravement malade et son état de santé se dégradait à Kinshasa. Il avait été évacué le 5 juillet vers la France pour recevoir des soins appropriés. 

Archevêque de Kinshasa jusqu’au 25 novembre 2018, date à laquelle le Cardinal Fridolin Ambongo, son successeur, avait inauguré son ministère à Kinshasa, le Cardinal Laurent Monsengwo était l’une des personnalités respectées de la RDC.   

Un parcours apprécié de tous  

Le 13 avril 2013, il fait partie de huit Cardinaux qui avaient aidé le pape de l’église catholique dans le travail de la réforme de la curie romaine.   

Créé Cardinal le 20 novembre 2010 au Vatican, il avait été désigné le 10 février 2012 pour être le prédicateur du Pape Benoît XVI et son gouvernement pendant leur retraite de carême.  

Le Cardinal Monsengwo devenait ainsi le troisième Cardinal africain choisi par un pape pour cet exercice. 

L'ancien archevêque de Kisangani incarnait, selon ceux qui le fréquentaient, « les qualités d’un grand exégète, d’un homme de science et aussi d’un grand homme spirituel ». 

Il avait joué un rôle important dans la politique de la RDC, notamment en dirigeant les travaux de la Conférence nationale souveraine (CNS) sous la IIème République. 

Le Pape François, rendant hommage à l'archevêque émérite de Kinshasa, Laurent Monsengwo Pasinya parlait d’«une grande figure de l'Église congolaise mais aussi de l'Église universelle. »   

Le Pape a rendu hommage à la grande figure que représentait l'ancien archevêque de la capitale congolaise, demandant à Dieu «d’accueillir dans sa paix et dans sa lumière cet exégète, cet homme de science, ce grand homme spirituel et ce Pasteur intensément dévoué au service de l’Église, partout où il a été appelé».   

Le Pape François a rappelé aussi que l'ancien archevêque de Kinshasa fut « attentif aux besoins des fidèles, rempli de courage et de détermination » et consacra sa vie de prêtre et d’évêque « à l’inculturation de la foi et à l’option préférentielle pour les pauvres ».   

radiookapi.net/CC



Dans le cadre de la colonie des vacances organisée par la délégation Wallonie-Bruxelles à Kinshasa, une série de forums a été organisée avec les enfants sous forme de salon pour la danse, la musique, le théâtre et la littérature. Ce dernier salon était axé sur le livre dénommé “L’histoire de la République Démocratique du Congo racontée à nos enfants”.

Pendant 5 jours, du 4 au 8 juillet, les enfants venus de différentes écoles de la ville de Kinshasa ont suivi cet atelier sur l’histoire du pays, racontée plus en profondeur que celle apprise à l’école. Près de 15 enfants dont l’âge varie entre 8 et 15 ans, ont pris part à ce salon de la littérature. La quarantaine restante s’est partagée entre atelier théâtre, danse et musique.

Faire en sorte que les enfants s’approprient la vraie histoire du pays est la mission poursuivie par Edimon Moïse, le formateur qui a occupé les enfants pendant les 5 jours. Il est animateur culturel et coordonnateur du club de lecture de la Tshangu. Il a dit, à ACTUALITÉ.CD, son mécontentement de voir les enfants raconter l’histoire de la RDC à partir de l’arrivée des colons.

« La mal d’apprendre l’histoire à partir de l’arrivée des colons est que les enfants comprennent que nous n’avions rien avant, nous n’avions rien créé et n’avions pas la force d’accéder à la civilisation. Je fais l’effort d’enlever cela dans les têtes des enfants », a-t-il dit.

L’accent a été également mis sur l’implication des enfants par rapport à leur expression en langue nationale. La plupart de ces jeunes participants ont le français comme langue maternelle. Ces brefs enseignements ont été dispensés en Lingala comme langue source et en français comme langue d’appui.

Contacté, Yann Kheme, enseignant de français et des littératures aux humanités, a fait savoir que la volonté de la reconstruction de la mémoire collective existe dans le chef de beaucoup d’enseignants mais l’implication des autorités habilitées fera évoluer la question. Il affirme qu’il est difficile de changer les choses lorsque les enfants lisent des livres racontés d’un point de vue européen.

« En tant qu’enseignant, nous avons besoin de supports. Lorsque ceux-ci font la part belle à l’histoire telle qu’écrite par les colonisateurs et que les enfants ont accès à ces livres, comment voulez-vous que nous puissions changer les choses ? », s’interroge-t-il.

Il affirme, par ailleurs, que les enseignants se battent à leur niveau sans trop se faire accompagner. A l’image de ses propres efforts pour la décolonisation mentale en mettant un accent particulier sur les auteurs congolais et africains lors de son cours de français.

Le livre “L’histoire de la République Démocratique du Congo racontée à nos enfants” utilisé pendant cet atelier est une coécriture de différents auteurs dont Martin Kalulambi et Donatien Dibwe, dirigée par le professeur Isidore Ndaywel. Il est illustré par des dessins et est destiné aux enfants d’école primaire. Il est préfacé par le Président de la République, Félix Tshisekedi.

Emmanuel Kuzamba



Le groupe Wenge Musica 4xx a livré un concert somptueux, le samedi 09 juillet 2022, au chapiteau de l'hôtel Pullman de Kinshasa.

Les sociétaires du clan Wenge ont arrangé les défaillances observées au stade des martyrs, en proposant le meilleur spectacle au public venu pour déguster ce concert VIP. Ils ont fait revivre aux amoureux de la bonne musique leur belle épopée des années 80 et 90 de la plus belle manière.

JB Mpiana, Werrason et les autres avaient réussi à remplir le mythique stade des martyrs de Kinshasa, le jeudi 30 juin 2022.

Plusieurs générations ont répondu présents à cet événement historique, précisément les personnes qui sont nées entre 1960 et 1999. Une longue queue s'est observée avant d'accéder au stade.

Notons que le Wenge Musica 4x4 va larguer un maxi-single de quatre chansons, dans les prochains mois.

Gratis Makabi



Deux jours après le sommet de Luanda visant à restaurer la confiance entre la RDC et le Rwanda qui se regardent en chien de faïence, le Président Rwandais, Paul Kagame s’est illustré, à travers d’un entretien qu’il a accordé à France 24. Au cours de cet entretien, Kagame est aussi revenu sur l’accord de cessez-le-feu conclu avec la RDC en Angola pour tenter d’apaiser les tensions entre les deux pays voisins

Répondant aux accusations américaines selon lesquelles des troupes rwandaises seraient actives en RDC, Kagame a esquivé amplement cette question directe et s’est dit «surpris» de constater que chacun soit aussi prompt à accuser son pays, tout en demeurant silencieux au sujet. Paul Kagame a évoqué d’autres problèmes, le FDLR en l’occurrence qui, selon lui, sème le trouble dans la région « depuis 25 ans».

« Je suis toujours surpris dans ce conflit. Par exemple au Congo, les gens vont tout de suite accuser le Rwanda, (même les américains, oui) tout le monde. Je parle de ceux qui font les accusations. Le Rwanda est accusé par les États-Unis et par d’autres mais on ne parle pas. Personne ne parle d’autres problèmes que le FDLR qui est là depuis 25 ans. Quand on les entend porter ces accusations dont vous parliez comme si le Rwanda semait toujours le chaos au Congo, il fait ceci et cela mais ils ne parlent pas du bombardement de notre territoire par l’armée congolaise. Ils ne parlent pas des incursions en novembre 2019 par le FDLR qui a envahi une partie de notre pays et a semé le chaos. Si on parle des provocations, ils ont fait des incursions dans nos territoires », a-t-il esquivé.

Paul Kagame a nié en bloc qu’ils aient des soldats rwandais sur le sol de la République Démocratique du Congo comme l’a affirmé l’ambassade des États-Unis à Kinshasa. Cette dernière a, à maintes reprises dénoncé l’agression du Rwanda contre la RDC.

« Quand il y a tellement des parties qui composent, participent à ce problème qu’on est assis pour ne parler que de l’un d’entre eux, c’est vous qui avez le problème plutôt que celui que vous accusez. Et ça répond à votre question », a ironisé le Président du Rwanda, Paul Kagame.

Par ailleurs, il y a lieu de noter qu’après la feuille de route adoptée à Luanda, sur le terrain les combats ont repris dès le lendemain de cette rencontre. Le M23 dit ne pas être concerné par les résultats du Sommet de Luanda.

À Kinshasa, les autorités attendent le déploiement de la force régionale de l’Afrique de l’Est. Mais un déploiement qui risque déjà de souffrir de dysfonctionnement. Alors que le Rwanda n’y envoie pas ses troupes sur demande du gouvernement congolais, Kigali fait toutefois partie du Haut commandement de cette force censée démilitariser les groupes armés dans la partie Est de la RDC, et donc y compris le M23.

Christian Okende



Le premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a donné des instructions "claires" au comité de pilotage des 9èmes Jeux de la Francophonie pour l'accélération des préparatifs en République démocratique du Congo.

C'était au cours d'une réunion que le chef du gouvernement a présidée, samedi dernier, à la Primature dans la ville de Kinshasa, avec les membres du comité de pilotage de ces Jeux. 

« Son excellence monsieur le premier ministre a donné des instructions claires aux membres du Comité de pilotage, chacun doit prendre ses responsabilités. Il nous a donné des orientations. Il a donné des instructions à moi, le président du comité de pilotage, de faire tout pour que les réunions du comité de pilotage puissent être organisées chaque semaine pour que chaque deux semaines nous puissions présenter le rapport au niveau du Conseil des ministres », a rapporté Didier Mazenga, ministre de l'Intégration régionale, au terme de cette réunion.

Le gouvernement veut être prêt d'ici l'année prochaine pour la tenue des Jeux de la Francophonie à Kinshasa.

« Nous sommes conscients que nous devrions tout faire pour que les choses soient organisées cette année. Au plus tard l'année prochaine qu'on soit prêt pour accueillir ces 9èmes jeux de la francophonie. Ces jeux qui ne sont pas seulement pour la RDC, mais ce sont des jeux pour tous les pays francophones, que nous avions accepté d'accueillir et d'organiser ici à Kinshasa, en RDC », a ajouté le président du comité de pilotage desdits Jeux.

Pour rappel, les 9èmes Jeux de la Francophonie se tiendront dans la capitale congolaise au mois d'août 2023.

Prince Mayiro

A Propos

www.culturecongolaise.com

Ali Kalonga

Directeur de la Rédaction

Tél (whatsapp): +243 808 856 557

alikalonga@culturecongolaise.com

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.