L'agression du Rwanda à l'Est de la RDC, particulièrement dans la province du Nord-Kivu, atteint, chaque jour qui passe, des proportions inquiétantes. Après l'accalmie de ces derniers jours, les combats ont repris depuis les premières heures de ce mardi 28 juin 2022 dans le territoire de Rutshuru.

Jusqu'au moment où nous couchons ces quelques lignes, le vent nous parvenu du Nord-Kivu renseigne que de nouvelles localités dans le Rutshuru sont passées sous le contrôle des M23. Il s'agit notamment de Ntamugenga, Ruseke, Bushandaba et Nyabikona. Ces localités se situent à environ 8Km de Rumangabo et rallongent ainsi la liste des terres occupées par le M23. 

Aussi, nos fins limiers rapportent que des violents combats ont lieu dans le groupement de Bweza, précisément à Bikenke et à Bugina. Conséquence: les habitants, en débandade, fuient leurs villages alors que les détonations des armes lourdes se font entendre dans les 4 coins de ce groupement.

A la suite de la reprise des combats ce mardi entre les loyalistes des FARDC et les terroristes du M23, une nouvelle affirmation, une de plus, du soutien du Rwanda à ces hors-la-loi qui écument la paix dans la partie orientale congolaise. En effet, des sources, a-t-on appris, ont confirmé avoir vu plusieurs militaires rwandais venir en appui à ces terroristes qui ont débordé la ligne des FARDC.

Gabin K.



Le gouvernement de la RDC a débuté, lundi 27 juin, l’opération d’indemnisation des propriétaires des parcelles du site où sera construit le port en eaux profondes de Banana, dans le Kongo-Central. Selon le ministre des Affaires foncières, Aimé Molendo Sakombi, soixante-dix personnes sont concernées et l’exécutif a déjà déboursé 3 millions USD. 

« Je suis à Muanda pour évaluer des indemnisations des personnes impactées par le vaste projet très cher au Président de la République du port de Banana, en partenariat avec DP World basé à Dubaï », a déclaré le ministre Molendo. 

Il a ajouté que le 1er juillet prochain, le gouvernement remettra aux partenaires les titres de propriété au nom de la firme saoudienne DP World RDC dans laquelle l’Etat détient 34% de parts.  

« Il était question que je lance le paiement… Ma mission est aussi de superviser et de rendre compte au Conseil des ministres (…) », a fait savoir le ministre Molendo, qui pense que cette étape d’indemnisation marque le « vrai lancement » de ce projet. 

Le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, a lancé les travaux de construction du port en eaux profondes le 31 janvier 2022 à Muanda (Kongo-Central). 

Le coût de ces travaux est estimé à plus d'un milliard de dollars et vont s'achever en 2025. Ce port permettra à la RDC d'avoir une ouverture sur la mer et surtout d'accueillir de gros bateaux. 

radiookapi.net/CC



Pour la première depuis la réunification de Wenge, Alain Makaba a donné son avis sur l’absence de Marie-Paul du projet de réunification de Wenge 4×4.

Invité dimanche 26 Juin aux côtés de JB Mpiana et Adolphe Dominguez à l’émission B-one Music, le Prince Makaba a rejeté la faute à Mwant Yav lui-même.

« Notre collègue n’est pas avec nous parce qu’il nous faisait la guerre ouvertement » a-t-il évoqué.

Au directeur artistique de Wenge d’ajouter : « Et puis tous ceux qui ont été sélectionné pour la réunification de Wenge sont ceux qui étaient là à l’Inter continentale le jour de la séparation. »

À en croire Alain Makaba, tous les artistes qui ont été contacté par Amadou Diaby, producteur de ce projet, sont nécessairement ceux qui étaient présents le jour de la dislocation de ce groupe à l’hôtel Intercontinental à Kinshasa, il y a 25 ans.

Pour sa part, le Roi Pelé, ancien sociétaire du grand Wenge et créateur de Wenge El Paris, a avalé sa langue depuis que le sujet de la réunification de ce groupe mythique de musique congolaise est à l’ordre du jour. Il est pourtant reconnu comme un gueulard.

Grace Izi Diakubama



Accompagner les Organisations non Gouvernementales et les sociétés à la valorisation des déchets en matière première, de la collecte au recyclage, c’est entre autre le leitmotiv de la Vice-primature, Ministère de l’Environnement et Développement durable, Ève Bazaiba Masudi.

Le Conseiller en charge de l’assainissement a rappelé cet objectif, vendredi 24 Juin 2022, lors du lancement de la 1ère édition du salon des initiatives locales dédiées à la gestion des déchets qui a connu la participation des ONGS et sociétés œuvrant dans les initiatives locales de la gestion des déchets.

Après l’ouverture de ce salon par Jules Ngondili, confient les services de communication de la vice-primature, une réflexion débat a été organisée entre les participants et les panelistes de ce salon.

Jules Ngondili, profitant de cette 1ère édition, a invité ces ONGs et sociétés œuvrant dans le secteur de l’assainissement à s’identifier à la vice primature, ministère de l’environnement et du développement durable pour formaliser leur démarche de partenariat avec le Gouvernement.

Satisfaite de la réussite de cette 1ère édition, la coordonatrice de Cowest meeting, Mputu Shikay Benett, a, à travers l’accompagnement de la vice primature, ministère de l’environnement et du développement, invité les ONGs, les sociétés et jeunes du secteur des initiatives à la gestion des déchets à se faire connaître pour assainir l’environnement congolais.

Après cette ouverture, s’en est suivie la visite des différents stands érigés au jardin Botanique où ces ONGs ont exposé leurs produits recyclés à travers des déchets. Le conseiller en assainissement Jules Ngondili a sillonné tous ces stands avec des explications suffisantes des propriétaires des produits recyclés.

Pendant trois jours soit du 24 au 26 juin, les produits recyclés à base des déchets plastiques ont été exposés au travers de ce salon au jardin Botanique.

Il sied d’indiquer que plusieurs structures, institutions ont pris part à cette 1ère édition du salon des initiatives locales dédiées à la gestion des déchets entre autres, la VPM-EDD, l’ANAPI, le Ministère de l’Industrie, L’hôte de ville

serge SINDANI

Changements climatiques



De mi-juillet à mi-août, notre pays convoité par tous les pays voisins et la Chine sera confronté à une vague de froid. Ce sont des scientifiques congolais qui le disent. Il paraît qu'ils seraient réconfortés par des calculs de la NASA. Sapristi !

La température pourrait descendre jusqu’à 10° Celsius à Kinshasa et à 5° à Lubumbashi. Ça va donc cailler. Stupeur et tremblements !

D’après mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa la déglinguée, il y aura alors des morts s’il fait un froid de canard. La plupart des maisons sont construites pour protéger de la chaleur et non du froid. Nos fringues sont taillées pour un climat chaud. Le malheur des uns faisant parfois le bonheur des autres, nous serons au moins débarrassés de la plupart des moustiques qui nous empêchent de dormir comme des loirs. En fait, le monde fait face à des changements climatiques.

Ceci expliquant cela, à la mi-juin, l’Europe de l’Ouest a été confrontée à une vague de chaleur sans précédent. La température est montée jusqu’à 40 degrés dans certaines contrées. Saperlipopette !

Ailleurs ce sont les inondations et les sécheresses qui tracassent les paisibles citoyens.

D’après mon ami qui sait tout, ces changements climatiques sont provoqués par des gaz à effet de serre. Le pétrole, le gaz naturel et le charbon sont les principaux facteurs du réchauffement de la planète.  

Suivant des scientifiques, les effets des changements climatiques seront bien moindres si la température mondiale augmente de 1,5° C plutôt que de 2° C.  Fort de cela, l’Accord de Paris de décembre 2015, avait recommandé de maintenir l’augmentation de la température moyenne mondiale à un niveau inférieur à 2° C par rapport aux niveaux préindustriels.

A la Conférence sur les changements climatiques qui s'est tenue du 1ᵉʳ au 13 novembre 2021 à Glasgow, en Écosse, il a été convenu après moult discussions, de réduire progressivement l’électricité produite à partir du charbon.

Comme on le sait après l’invasion de l’Ukraine, le 24 février, par la Russie ou l’opération militaire spéciale, les pays de l’OTAN et de l’Union européenne ont pris moult sanctions contre les Russes pour les affaiblir et les pousser à lâcher la proie. Il n’y a plus que l’air respiré par les Russes qui n’a pas encore été sanctionné ! Toute action appelle réaction !

C’est la troisième loi de Newton autrement appelée aussi « Principe des actions réciproques ». Ce qui ne devait pas arriver, arriva. Les Russes imposèrent aussi des contre-sanctions. Il y eut un effet de boomerang.

Aujourd’hui, il y a pénurie alimentaire, hausse des prix de l’énergie et inflation mondiale. C’est le monde entier qui souffre. Enfer et damnation !  

Ceci expliquant cela, des revendications sociales ont pris naissance en Europe depuis le mois de juin. Que nous réserve donc juillet ? A noter que beaucoup de révolutions dans les pays occidentaux se sont déroulées en juillet.

C’est le cas du 4 juillet aux USA, du 14 juillet en France, du 21 juillet en Belgique etc. Fort heureusement, on n’en est pas encore là. Comme si cela ne suffisait pas, les livraisons de gaz russe vers les pays occidentaux (France, Italie, Allemagne, Pays-Bas notamment) sont tombées de 40% de leur volume habituel.

Suivant l’Union européenne et les Yankees, c’est une volonté délibérée des Popov de perturber le marché et d’augmenter les prix. D’après les Russes, la réduction des livraisons de gaz est une autre conséquence des sanctions. Une turbine de gaz fabriquée par la société allemande Siemens est en panne sur le gazoduc Nord Stream. Une autre turbine à gaz qui avait été envoyée en maintenance au Canada se trouve bloquée là-bas à cause des sanctions prises contre la Russie. Saperlipopette ! 

En conséquence, pour ne pas se priver d’énergie, l’Allemagne et les Pays-Bas ainsi que plusieurs pays européens ont décidé de reprendre la fabrication de l’électricité à partir du charbon. Quid alors du réchauffement climatique ?

On dit chez nous que les problèmes ne cherchent pas les gens, ce sont les gens qui cherchent les problèmes.

GML



Le président de la République, Félix Tshisekedi a, à travers une ordonnance dévoilée sur les antennes de la Radio Télévision Nationale Congolaise-RTNC, créé au sein de son cabinet, une cellule chargée d’appuyer sa mandature à la présidence de la Communauté Economique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) pour l’exercice 2022-2023.

Les membres de la Cellule sont tenus à la déontologie des membres du Président de la République et du respect du règlement intérieur de la cellule qui sera établi par décision du directeur de cabinet du Chef de l’État sur proposition de son coordonnateur. La Cellule comprend un bureau dirigé par un Coordonnateur ayant rang du conseiller principal nommé et révoqué le cas échéant par le Président de la République, le coordonnateur représente la Cellule dans son rapport avec le président de la République, la Direction du cabinet ainsi qu’avec les autres instances inter agissantes avec la cellule, le Coordonnateur a droit à l’assistant , un garde du corps, un chauffeur, en plus du coordonnateur, le bureau de la cellule comprend 4 experts ayant rang des Conseillers, d’un opérateur de saisie, un chargé des courriers, un chauffeur, le règlement intérieur visé dans l’article 3 détermine dans le délai le rôle de chaque membre de la cellule et les modalités de fonctionnement de celle-ci.

Les membres de la cellule autres que le coordonnateur sont nommés par décision du directeur de cabinet du président de la République sur proposition du coordonnateur de la cellule en tenant compte de la technicité que revêt les missions de la cellule, la cellule collabore étroitement avec la direction du cabinet du Chef de l’État qui reçoit régulièrement rapport de ses activités. Elle travaille également en synergie avec les ministères sectoriels dont les activités entrent dans le champ des compétences de la communauté économique des États de l’Afrique Centrale ainsi qu’avec les ambassades de la République Démocratique du Congo.

La Cellule a pour mission d’assister le Président de la République dans l’implémentation de sa vision et de son plan d’actions pendant son mandat à la Présidence de la Communauté des États de l’Afrique Centrale. Elle devra aussi contribuer à l’analyse, à la rédaction et à la préparation de prises de positions sous régionales du Chef de l’État et assurer la préparation des dossiers de sa participation aux forums internationaux en qualité de représentant de la communauté économique des États de l’Afrique Centrale, assurer avec les instances gouvernementales compétentes le suivi fonctionnel, administratif,et financier des activités de la Présidence de la communauté économique des États de l’Afrique Centrale exercée par le Président de la République, assumer toutes autres missions qu’elle aura lui confiées par le Président de la République en rapport avec la présidence de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique Centrale

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a pris la présidence tournante de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) lors de la cérémonie de passation du pouvoir avec son devancier de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, organisée en présentiel à Brazzaville, à l’ouverture de  la 20ème session de la conférence des Chefs d’état et de gouvernement de la CEEAC en janvier 2022 pour une durée d’une année.

Dans son discours d’acceptation, il avait promis de contribuer au progrès du continent africain, de réaliser l’autonomie collective et  la stabilité économique, de faire de l’Afrique centrale une région réellement autonome  et  de transformer positivement la société africaine.

Créée en 1983, sur les cendres de l’Union économique et douanière des Etats de l’Afrique centrale (UDEAC), la CEEAC compte 11 pays membres à savoir : le Congo, la RDC, la RCA , l’Angola, le Burundi, le Rwanda, la Guinée équatoriale, le Cameroun, Sao Tomé-et-Principe, le Gabon et le Tchad.

La CEEAC a pour objectif d’assurer l’autonomie collective, de relever le niveau de vie de ses populations et de maintenir la stabilité économique grâce à une coopération harmonieuse. Elle a pour objectif final la création d’un marché commun pour l’Afrique centrale.

Carmel NDEO



Réunifiés 25 ans après leur séparation, les sociétaires du Wenge Musica BCBG 4x4 sont déterminés à revivre aux amoureux de la bonne musique leur belle épopée des années 80 et 90, le jeudi 30 juin 2022, au stade des martyrs de Kinshasa.

Invités sur le plateau de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC), dans la soirée du  samedi 25 juin, les administrateurs du clan Wenge ont affirmé que 40 % des recettes de ce concert seront alloués aux Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et à la population de la partie est du pays, suite à l'incursion rwandaise.

Ils ont, en outre, demandé aux personnes qui prendront part à ce rendez-vous de s'habiller en blanc, pour exiger la paix dans cette partie de la République.

Jusqu'après le grand rendez-vous du 30 juin, le clan Wenge livrera un concert VIP, le samedi 09 juillet prochain, autour de la piscine du Pullman hôtel, ex Grand hôtel de Kinshasa.

Rappelons que l'Armée Congolaise accuse les forces Rwandaises d’appuyer les rebelles du M23. Elle dit même détenir des vidéos prises à partir des drones qui montreraient la présence sur le sol congolais des soldats Rwandais.

Gratis Makabi



Beaucoup de Congolais ont mal accueilli l’accord de Nairobi. Dans les rues, on accuse pratiquement le chef de l’État de ”trahison”. La réunion du Kenya n’ayant fait aucune mention du Rwanda comme pays agresseur et le M23 comme mouvement terroriste, les Congolais se sentent floués. Les Congolais ont également une perception négative au sujet de cette force multinationale projetée. La présence des Ougandais considérée comme ”complice” du Rwanda, notamment dans la prise de Bunagana le 13 juin, provoque colère et indignation aux 4 coins de la RDC. Une blague en vogue sur les réseaux sociaux dits « Ya FATSHI, sala ndenge osalaki na Genève.Yebisa bango que oboyi ba accords wana”. Traduction : Grand frère FATSHI, fais comme tu avais fait à Genève. Dis leur que tu refuses cet accord. Allusion faite au retrait de la signature de Félix Tshisekedi des accords ee l’opposition congolaise à Genève sur la candidature unique à la dernière présidentielle.

Dans les milieux d’affaires du Nord-Kivu, il se dit que l’armée congolaise a pris le contrôle de plusieurs pistes d’aviation par lesquels s’envolaient des petits porteurs remplis de terres rares, d’or et d’autres matières premières vers le Rwanda. À cause de cela, les exportations de Coltan de ce pays aurait chuté près de 70 pourcent. La RDC aurait ainsi touché aux intérêts économiques vitaux du Rwanda qui vivrait en partie de l’assistance financière occidentale et qui tirerait  grand profit du trafic  en partie légal, en partie illicite avec l’Est de la RDC.
Tous ces éléments réunis auraient donc poussé le Rwanda à l’action. Ce faisant, il serait entré dans un piège tendu par Kinshasa dont l’objectif est d’en finir une fois pour toute avec les rebellions de l’Est en bénéficiant de l’appui et de l’accompagnement de la Communauté des États de l’Afrique de l’Est, notamment les deux poids lourds que sont le Kenya et l’Ouganda. Le fait est que ces deux pays trouvent dans la République démocratique du Congo un vaste marché pour leurs produits. Sur le moyen et long terme, si le Rwanda ne change pas de fusil d’épaule, il pourrait bien être sacrifié sur l’autel d’immenses intérêts économiques, la RDC valant bien son pesant d’or. Dans ce sens, on peut bien dire que Félix Tshisekedi a bel et bien donné un coup de pied dans la fourmilière, comme le pensent les conseillers du président congolais.

mediascongo.net/CC

A Propos

www.culturecongolaise.com

Ali Kalonga

Directeur de la Rédaction

Tél (whatsapp): +243 808 856 557

alikalonga@culturecongolaise.com

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.