Les députés provinciaux du Tanganyika ont élu les 5 membres du bureau de l'Assemblée provinciale, au cours d'une plénière tenue le samedi 25 juin 2022 à Kalemie. 

Sur 24 députés provinciaux qui composent cet organe délibérant, 15 élus présents à cette séance plénière ont voté pour l'élection de ces membres alors que 10 autres ont brillé par leur absence. 

À en croire le procès verbal lu par le député Dominique Ilunga, le nouveau bureau sera dirigé par Vincent Kibombo de l'Alliance des forces démocratiques du Congo et alliés (AFDC-A) de Modeste Bahati Lukwebo. 

Il sera secondé par Alvard Lubuli, élu vice-président. Jean-Py Nyembo est quant à lui élu rapporteur alors que Astrid Kyomba est élue rapporteure adjoint. Kalinde Jean-Pierre occupera pour sa part, le poste de questeur de l'Assemblée provinciale. 

Rappelons que l'ancien bureau dirigé par Virginie Nemba a été destitué le jeudi 23 juin dernier, pour détournement des fonds de l'Assemblée provinciale. 

Marcelo Mfumu



Les négociations engagées durant 8 jours à Bibwa, agglomération située dans la ville de Kinshasa, entre les représentants des médecins, infirmiers et autre professionnel de la santé avec le gouvernement de la RD Congo se sont clôturés, ce samedi, sur une note de satisfaction. 

Les parties prenantes ont, en effet, signé des avenants aux accords signés. Et cela, en présence du ministre de la Fonction publique, Jean-Pierre Lihau.

Dans son discours, le ministre de la Santé publique, hygiène et prévention, le docteur Jean-Jacques Mbungani, accompagné par la vice-ministre Véronique Kalumba, a affirmé que les travaux de Bibwa aideront à ouvrir de nombreux chantiers dans les semaines et les mois à venir, "conformément aux ambitions du gouvernement dans le cadre de l'accélération de la mise en place de la couverture santé universelle". 

Pour rappel, les travaux de la Commission interministérielle Santé, Fonction publique, Finances et Budget ainsi que le banc syndical du secteur de la santé qui se sont tenus à Bibwa étaient centrés sur l'harmonisation de l'enveloppe salariale et l'alignement de la prime des risques des médecins, infirmiers et autres professionnels de la santé œuvrant dans les services publics de l'État.

Prince Mayiro



Le Juge Dieudonné Kamuleta Badibanga a été investi officiellement président de la Cour Constitutionnelle de la République Démocratique du Congo. L'ordonnance portant son investiture a été lue vendredi 24 juin 2022 sur la chaîne nationale conformément à l’article 158 de la Constitution du 18 février 2006 telle que révisée et complétée à ce jour.

Le juge Dieudonné Kamuleta Badibanga a été élu mardi 21 juin 2022 par ses pairs pour un mandat de trois ans, renouvelable une fois. Il succède ainsi à Dieudonné Kaluba, qui a quitté la Cour lors d’un tirage au sort avec le juge Prince Funga Molima et Polycarpe Mongulu décédé au mois d'avril dernier.

Bien avant, trois juges nouvellement nommés avaient prêté serment le 15 juin devant le Chef de l'État Félix Tshisekedi. Il s’agit des juges Christian Bahati Yuma, Sylvain Lumu Mbaya et Mandza Andia Dieudonné. Ces trois nouveaux membres rejoignent les 6 qui sont en fonction à savoir : Wasenda N'songo Corneille ; Mavungu Jean-Pierre ; Nkulu Kilomba Norbert ; Bokona Wiipa Bondjali ; Kalume Asengo Cheusi Alphonsine et Kamuleta Badibanga Dieudonné.

La Cour constitutionnelle est chargée du contrôle de la constitutionnalité des lois et des actes ayant force de loi.

actualite.cd/CC



L’ancien secrétaire d’État américain, assistant aux affaires africaines, Herman Cohen affirme que la seule solution aux problèmes de l’insécurité dans l’Est de la RDC demeure l’armée congolaise à condition que des réformes soient introduites.

Herman Cohen l’a fait savoir dans son tweet après l’annonce d’un déploiement de la force régionale composée des éléments des pays membres de la communauté des États d’Afrique de l’Est (EAC).

“ Seule l’armée congolaise peut résoudre le problème à condition que les réformes nécessaires soient introduites ”, a-t-il fait savoir.

Pour l’ancien secrétaire d’État américain aux affaires Afracaines, la force régionale proposée par l’EAC ne peut pas résoudre le problème d’autant plus que la déstabilisation de la RDC trouve son origine dans ces pays de l’Est.

“ Dans l’Est de la République Démocratique du Congo, les citoyens ont raison de rejeter une proposition de force de maintien de la paix en Afrique de l’Est. La déstabilisation du nord-est de la RDC trouve son origine dans les pays à l’Est (Rwanda, Ouganda, Burundi etc), de la RDC ”, ajoute-t-il.

Pour rappel le président de la République du Kenya et president en exercice de l’EAC Uhuru Kenyata a convoqué le troisième conclave de cette organisation pour tabler sur la question sécuritaire de la RDC.

Au terme de ce conclave, il a été décidé d’un déploiement d’une force régionale dans l’Est de la RDC pour imposer la paix. Décision qu’a accepté Kinshasa à condition que les éléments de l’armée Rwandaise n’en font pas partie.

Acturdc.com/CC



Vingt-quatre heures après l'annonce de l'acquittement de Vital Kamerhe, ancien directeur de cabinet du chef de l'État et l'homme d'affaires, libanais Samih Jammal, par la Cour d'appel de Kinshasa/Gombe, les réactions fusent de partout.

Au cours d'une interview accordée ce vendredi à ACTUALITE.CD, le coordonnateur de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ), Maître Georges Kapiamba, dit ce qu’il considère comme une déception. Il qualifie ce verdict d'un coup fort donné à l'Etat de droit.

« La décision a été rendue en dehors de l'audience publique  alors que le prononcé de la décision avait été renvoyé à ce vendredi. Nous avons tous été surpris de l'apprendre, les membres de la Cour n'ont pas respecté leur parole. Nous avons constaté que c'est une décision qui n'est pas fondée sur le droit mais qui est fondé sur des considérations à caractère politique, et au regard des éléments à notre possession, nous pouvons confirmer que c'est la politique qui a pesé à la balance en lieu et place du droit », a-t-il dit à ACTUALITE.CD.

Et d’ajouter :

« C'est fortement regrettable pour la République. Nous ne pouvons plus parler de l'État de droit à partir du moment où nous constatons par ce genre de décision que les magistrats de l'État se retrouvent capitaliser c'est-à-dire ils sont incapables d'assumer leur mission de dire le droit avec indépendance », a indiqué Georges Kapiamba à ACTUALITE.CD.

Sur le dossier Samih Jammal, le président de l'ACAJ précise que ce dernier a violé les lois de la République.

« Il avait été établi clairement que Monsieur Jammal avait transféré une somme d'argent à l'étranger au-delà du taux autorisé par les lois de la République c'est-à-dire il s’est retrouvé dans la situation de l'infraction de blanchiment des capitaux, mais les juges de la Cour l'ont même acquitté pour ce fait. Nous regrettons sérieusement ce recul », a-t-il renchéri.

L'ACAJ promet de poursuivre son combat pour que la vérité soit établie et que la somme détournée soit récupérée au bénéfice du peuple congolais.

Vital Kamerhe et ses coaccusés dans l’affaire 100 jours ont été acquittés par la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe pour faute de preuves.

Grâce Guka



Moïsha Bombula Buya, épouse du journaliste Yves Buya, a porté plainte, ce mercredi 23 juillet 2022, à l'Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) contre le journaliste Israël Mutombo, accusé d'avoir poursuivi son mari, devant une juridiction de droit commun au lieu du tribunal des pairs, en violation du principe de solidarité consacré par les textes régissant l'UNPC, la corporation des journalistes en République Démocratique du Congo (RDC).

Accompagnée des épouses du député provincial Mike Mukebayi et du journaliste Edmond Izuba, l'épouse du journaliste Buya a fustigé le fait que la Commission de discipline de l'UNPC tarde à juger et condamner Israël Mutombo malgré une précédente plainte déposée contre ce dernier, pour les mêmes motifs, par le Rassemblement des journalistes pour l’émergence du Congo (RAJEC).

Dans sa plainte, elle revient sur cette forme d'euphorie qu'extériose Israël Mutombo, après l'arrestation de son époux le journaliste Yves Buya, au cours de ses émissions télévisées pour avoir accompli un haut fait.
 
opinion-info/CC


Réunifiés 25 ans après leur séparation, les têtes d'affiche de Wenge Musica BCBG 4x4, ancienne formule sont déterminés à faire revivre aux amoureux de la bonne musique leur belle épopée des années 80 et 90, le jeudi 30 juin 2022, au Stade des Martyrs de Kinshasa.

Invité à l'émission "Canal Presse", ce vendredi 24 juin, Werrason, l'une des figures emblématiques du clan Wenge a demandé aux mélomanes qui feront leur déplacement au Stade des Martyrs de se vêtir en blanc, question d'exiger le retour de l la paix dans la partie Est de la République Démocratique du Congo.

Sur le plateau de cette même émission, Werrason a révélé que tous les musiciens de Wenge Musica 4x4 seront vêtus en tenue militaire. 

Pour eux, c'est une façon de soutenir les Forces Armées de République Démocratique du Congo (FARDC).

Après le grand rendez-vous du 30 juin, le clan Wenge livrera un concert VIP, le samedi 09 juillet prochain, autour de la piscine du Pullman hôtel, ex Grand hôtel de Kinshasa.

Gratis Makabi



L’indépendance de la République démocratique du Congo ne reflète pas ce que rêvait Patrice Lumumba pour les Congolais, a estimé jeudi 23 juin l’ancien secrétaire provincial du Mouvement national congolais-Lumumba (MNC-L) de Lumumba dans la Province Orientale, Célestin Kangakolo, 83 ans. 

« Notre indépendance, ça ne répond pas (à ce qui) a été proposé par lui-même Lumumba ; puisque nous voyons que le gouvernement nationaliste, (s’il) existe (s’il) n’existe pas, nous ne connaissons pas puisque toute chose coûte cher. L’indépendance du Congo doit être totale pour les Congolais. Mais, au lieu de favoriser la population qu’elle reste à l’aise, pour les autorités qui dirigent le pays aujourd’hui - en tout cas ce n’est pas moi-même qui parle mais c’est tout le monde qui regrette - la vie est très chère on ne sait pas comment vivre », déplore Célestin Kangakolo. 

L’ex-Premier ministre Patrice Emery Lumumba avait commencé sa carrière politique dans la ville de Kisangani (Tshopo). Le Mouvement national congolais Lumumba (MNC-L) avait entrepris une campagne de sensibilisation de la population dans la perspective des élections générales devant aboutir au choix des futurs dirigeants du pays.  

  « J’ai commencé à travailler au MLC/Lumumba comme propagandiste. Il avait payé les voitures pour nous, les propagandistes et nous envoyait souvent à l’intérieur. On est passé partout à l’intérieur de la Province Orientale pour expliquer à la population congolaise qu’est-ce que l’indépendance », ajoute l’ancien secrétaire provincial du MNC/L. 

radiookapi.net/CC

A Propos

www.culturecongolaise.com

Ali Kalonga

Directeur de la Rédaction

Tél (whatsapp): +243 808 856 557

alikalonga@culturecongolaise.com

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.