L'ONG " Ma Famille en or" (MFOr) est venue aide au Centre de Médecine Mixte d'Anémie SS (CMMASS) appelé communément " Centre Mabanga", à Yolo Sud dans la commune de Kalamu, en réhabilitant sa salle d'urgence afin de permettre aux malades d'être pris en charge dans de bonnes conditions d'hébergement.

La remise de ce don est intervenue récemment dans le cadre de la journée mondiale de lutte7 contre la drépanocytose. C'était en présence des responsables du centre et de quelques membres de cette ASBL.

Pour Mireille Kumbazi, cette réhabilitation a consisté au renouvellement de la toiture, des plafonds, de la peinture, à l'élargissement de la salle pour éviter la promiscuité et au cloisonnement pour assurer l'intimité entre malades lors de l’administration des soins.

Au nom des membres de la structure, elle s'est dite heureuse de poser cet acte pour redonner encore le sourire aux malades, avant de promettre de revenir prochainement pour répondre à d'autres besoins qui touchent cette structure médicale.

Réjouis par ce geste, le médecin directeur adjoint du CMMASS, Docteur Bobo Misengele a, au nom du directeur général de cet hôpital, remercié l’ong MFOr, soulignant que cette réhabilitation vient à point nommé, car le centre accueille beaucoup de malades qui désormais vont vivre dans des bonnes conditions.

Il a indiqué, par ailleurs, que le CMMASS est un département du ministère de la Recherche Scientifique et c'est l'unique structure publique qui traite les drépanocytaires, tout en estimant heureux de constater qu'avec la prise en charge des malades dans cet hôpital, la vie est garantie.

Il sied de rappeler que "Ma Famille en or", qui est à sa deuxième année d'existence, n'est pas à sa première action sociale, elle est venue déjà en rescousse à plusieurs orphelinats notamment l’orphelinat c’est mon secret, la compassion, Bana aya Kivuvu où les membres ont posé des gestes de cœur pour soulager des nécessiteux.



Environ 33 000 enfants de moins de cinq ans sont attendus à la campagne de vaccination contre la rougeole, lancée ce jeudi 16 juin, dans la zone de santé de Nioki (Maï-Ndombe).

Selon le médecin chef de cette zone de santé, Dr Ange Mokambili, cette campagne de cinq jours entend riposter contre l’épidémie de rougeole qui sévit dans cette partie du pays.

C’est depuis le mois de février dernier que cette épidémie a été officiellement déclarée dans la zone de santé de Nioki.

Dr Ange Mokambili a également signalé que l’INRB y a déjà notifié 38 cas dont 3 confirmés.

Il a invité les parents à faire vacciner leurs enfants de 6 à 59 mois :

« Nous attendons 33 423 enfants de 6 à 59 mois. L'importance est de renforcer l’immunité des enfants de cet âge contre la rougeole. C’est une campagne de riposte. Nous demandons à la population de Nioki de ne pas tarder d’amener leurs enfants aux sites de vaccination. C’est gratuit ».

Dr Ange Mokambili a demandé mêmes aux parents visiteurs ou de passage à Nioki de profiter de cette occasion pour vacciner leurs enfants.

Il a en outre appelé les parents de sa zone de santé au respect du calendrier vaccinal de leurs enfants pour les protéger contre toutes les maladies évitables par la vaccination.

Pour sa part, le président de la société civile de Nioki, Ize Bolemo, a remercié l’OMS et l’Unicef qui appuie cette campagne de riposte à Nioki. 

radiookapi.net/CC



La tournée du Pape en Afrique est suspendue, apprend ACTUALITE.CD d’une source au Vatican qui évoque un problème sanitaire faisant référence au genoux fragile du souverain pontife. Le Pape avait d’ailleurs reporté sa visite prévue au Liban, à la mi-juin. Les raisons de santé avaient été évoquées. Le Pape Francois souffre aussi de douleurs à la hanche. Il a dû subir en juillet 2021 une délicate opération au côlon.

« C’est une question capitale. Je reviens de Rome. Je suis rentré la semaine passée. Nous avons eu le collège des cardinaux avec le Pape pendant trois jours. J’ai constaté qu’il souffrait énormément au genou. Il a un problème qui complique un peu sa mobilité »,  a déclaré le Cardinal Fridolin Ambongo, au cours d’un space, une conversation audio en direct sur Twitter, avec des journalistes, au mois de mai.

Il n’était pas encore question du report: « Il nous a certifié qu’il vient. A moins qu’il y ait des éléments nouveaux. Naturellement, nous tenons compte de sa santé actuelle dans ces préparatifs. Avec le gouvernement, on essaie de prendre des mesures pour ne pas ajouter à sa fatigue. C’est comme ça que le programme actuel est encore provisoire ». 

Pour le contexte, il était prévu qu’il se rende en RDC au Soudan du Sud du 2 au 7 juillet. Il aurait s’agi du premier voyage du souverain pontif (85 ans) au Congo-Kinshasa. Le dernier séjour d’un souverain pontife à Kinshasa remonte à août 1985. Jean-Paul II avait passé deux jours au Zaïre. 

Aujourd’hui, la RDC est une place forte du catholicisme en Afrique avec environ 40% de la population qui serait catholiques. L'Église est d’ailleurs quasi omniprésente dans la vie publique. De l’indépendance du pays en passant par la Conférence nationale souveraine aux récentes luttes pour les élections crédibles, les évêques sont toujours impliqués d’une manière ou d’une autre dans la vie publique. L’église est également très présente dans l’appareillage scolaire à travers des écoles dites conventionnées.

actualite.cd/CC



L'ONG « Hope Walks » a gratuitement soigné environ 834 cas des pieds bots, au Maniema, en Ituri, au Nord et Sud-Kivu, en 2021.

Le coordonnateur du Counseling au sein de cette ONG, Vincent Sikulimwenye a livré ces chiffres, à l’occasion de la journée mondiale du pied bot, célébrée le 3 juin de chaque année.

Il a indiqué que la prise en charges des patients se sont dans les cliniques appuyées par Hope Walks.

Vincent Sikulimwenye rapporte que des dizaines de parents viennent, chaque jeudi, de Goma et ses environs pour le suivi de leurs enfants nés avec pied bot dans ces hopitaux.

Venue d’Idjwi (Sud-Kivu) avec son nourrisson de 2 mois, madame Guilaine dit être déjà soulagée par le début de traitement des pieds de bot de son enfant.

Le coordonnateur du Counseling à l’ONG Hope walks regrette que certains enfants restent avec cette malformation durant toute leur vie.

Le pied bot est une malformation congénitale qui fait que la personne marche sur le dos du pied au lieu de la plante du pied.

L’ONG Hope Walks a implanté ses cliniques dans les provinces du Maniema, de l’Ituri, du Nord et du Sud -Kivu.

radiookapi.net/CC



La campagne de vaccination contre la poliomyélite dans la province du Sud-kivu a été lancée en ville de Bukavu, le jeudi 26 mai 2022.

Pour ce faire, plus de 1.600.000 enfants âgés de 0 à 5 ans sont attendus sur toute l'étendue de la province.

Dans son adresse à la presse, Masine Kinenwa, ministre provincial de la santé, a fait savoir que plus de 300 enfants sont paralysés chaque année suite à cette maladie.

Il indique que le territoire de Shabunda a déjà enregistré 4 cas de poliomyélite depuis le début du mois de mai 2022.

Le ministre provincial de la santé appelle ainsi tous les parents à préparer les enfants pour la première phase qui va durer 3 jours.

« Les vaccinateurs vont passer de porte-à-porte partout à travers la province. L'objectif est de briser la chaîne de contamination de cette maladie. Nous appelons tous les leaders de communautés à sensibiliser aussi les parents pour cette cause. Vacciner les enfants c'est les aimer et les protéger », a-t-il déclaré.

Le ministre provincial de la santé renseigne que toutes les 34 zones de santé que compte le Sud-Kivu sont concernées.

Il sied de signaler que depuis le début de cette année, plusieurs zones de santé du Sud-Kivu ont fait face à une résurgence des épidémies notamment la rougeole et le choléra.

Déogratias Cubaka, à Bukavu



La Banque africaine de développement (BAD) a débloqué une aide globale de 1,5 milliard de dollars pour prévenir une crise alimentaire sur le continent africain du fait de la guerre en Ukraine, a annoncé lundi son président à la presse.

"Ce plan de 1,5 milliard de dollars sera utilisé pour aider les pays africains à produire de la nourriture et à le faire rapidement", a déclaré le président de la BAD Akinwumi Adesina, avant l'ouverture des Assemblées générales de l'institution financière qui débutent lundi à Accra. 

Ce plan d'aide, approuvé vendredi par le conseil d'administration de la banque, vise à "augmenter la production de blé, de maïs, de riz et de soja" sur le continent "afin de compenser la perte d'approvisionnement due à la guerre en Ukraine", précise un communiqué de la BAD.  

De nombreux pays africains sont fortement dépendants des importations de blé d'Ukraine et de Russie. Selon la BAD, le prix du blé a grimpé de plus de 45% en Afrique depuis le début de la guerre en Ukraine. Les prix des engrais ont eux augmenté de 300%, et le continent est déjà confronté à une pénurie d’engrais de 2 millions de tonnes.

Selon la Banque, ce plan doit bénéficier "à 20 millions d’agriculteurs africains, qui recevront des semences certifiées et des technologies pour produire rapidement 38 millions de tonnes de denrées alimentaires". 

Le plan servira également à proposer des prêts "pour la fourniture à grande échelle d'engrais aux grossistes et agrégateurs", et à soutenir les réformes politiques agraires dans les pays du continent.

La guerre en Ukraine affecte durement les économies africaines, déjà très fragilisées par les conséquences de la pandémie de coronavirus, et la communauté internationale s'inquiète de risques de famine dans certains pays africains, touchés par une forte sécheresse ou par des conflits.

La situation est particulièrement préoccupante au Sahel, où jusqu'à 18 millions de personnes seront confrontées à une grave insécurité alimentaire au cours des trois prochains mois.

Mais aussi du sud de l'Ethiopie au nord du Kenya en passant par la Somalie, où la Corne de l'Afrique fait face à une sécheresse qui alarme les organisations humanitaires, avec près de 20 millions de personnes menacées par la faim.

AFP avec CC/ACTUALITE.CD



Jeff Andaka, député provincial élu de la circonscription électorale du territoire de Gemena alerte sur le détournement de plus de 80.000 dollars américains de la mutuelle de santé dans la zone de santé de Bwamanda, en province du Sud-Ubangi.

Il l'a fait savoir dans une interview accordée à la presse le mercredi 18 mai dernier après avoir saisi le bureau de l'Assemblée provinciale du Sud-Ubangi.

« L'hôpital général de référence de Bwamanda a fait plusieurs décennies et fonctionne grâce à la mutuelle de santé. Beaucoup de nos frères paient leurs factures des soins avec la mutuelle de santé. Mais, les informations en notre possession démontrent que l'argent de la mutuelle de santé de 2020 à 2021 évalué à plus de 80.000 dollars américains serait détourné. Aujourd'hui, si vous arrivez à l'hôpital général de référence de Bwamanda, vous allez voir que les malades ne bénéficient pas des soins appropriés et les frais de facture des soins sont revus à la hausse. Voilà pourquoi en tant que député, nous avons livré l'information à l'Assemblée provinciale pour diligenter une équipe pour enquêter sur la situation », a déclaré cet élu du peuple.

Contacté, le médecin chef de zone de santé de Bwamanda n'a pas voulu réagir pour infirmer ou confirmer les allégations au sujet du détournement de plus de 80.000 dollars de la mutuelle de santé dudit l'hôpital.

Il sied de préciser que la zone de santé de Bwamanda est située à 75 kilomètres de la ville de Gemena, chef-lieu du Sud-Ubangi.

César Augustin Mokano Zawa, à Gemena



La République démocratique du Congo est dotée, depuis jeudi 19 mai, de huit usines de fabrication d’oxygène.

Ces industries ont été financées par la Banque mondiale (BM) à hauteur de 3,2 millions USD. 

Remises le même jeudi au gouvernement congolais, ces usines sont logées dans des conteneurs de 40 pieds.

« Elles ont la capacité de production, selon la Banque Mondiale, d’une cinquantaine de bouteilles de 50 litres d’oxygènes par jour », a expliqué le représentant de la BM en RDC, Jean Christophe Carret.

Il a indiqué que Kinshasa bénéficiera d’une usine et les autres seront envoyées dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, du Kongo-Central et du Haut-Katanga. 

Selon le ministre de la Santé, Jean-Jacques Mbungani, ces usines vont aider le gouvernement dans à renforcer la lutte contre la COVID-19 et d’autres pathologies. 

« Ces usines viennent en renforcement du système de santé de notre pays. Ici à Kinshasa, l’usine va aider nos populations confrontées à la pandémie de COVID-19. Cette maladie nous a fait montre du besoin nécessaire de l’oxygène quand les personnes sont en détresse », a déclaré Jean-Jacques Mbungani. 

Il a ajouté que ce financement de la BM rentre dans le cadre du Programme de développement du système de santé de la RDC. 

radiookapi.net/cc

Page 1 of 10

A Propos

www.culturecongolaise.com

Ali Kalonga

Directeur de la Rédaction

Tél (whatsapp): +243 808 856 557

alikalonga@culturecongolaise.com

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.