Le gouvernement de la RDC s'est déclaré favorable à la proposition faite mercredi par le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, de déployer une nouvelle force militaire régionale dirigée par la Communauté de l'Afrique de l'Est « pour faire respecter la paix dans les provinces ciblées par le M23 et le Rwanda, mais insiste sur le fait qu'il n'acceptera pas la participation du Rwanda à cette force conjointe », dit un communiqué du gouvernement congolais publié ce vendredi.

Des chefs militaires régionaux des sept pays de l'EAC ont rendez-vous dimanche afin de mettre au point les préparatifs pour le déploiement de cette force régionale, a annoncé mercredi Uhuru Kenyatta. La force conjointe est appelée à être active dans les provinces d'Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu.

Cette proposition n’est pas celle soutenue par Denis Mukwege. 

Le Prix Nobel de la paix y est très hostile. « Le déploiement dans l’Est de la RDC d’une force régionale composée par des pays à la base de la déstabilisation, d’atrocités et du pillage de nos ressources n'apportera ni la stabilité ni la paix et risque d' aggraver la situation », dit-il dans un tweet.

actualite.cd/CC



Concerts de Klaxons dans les rues de Goma, des centaines de jeunes se sont mobilisés ce vendredi à midi. Les poings levés, au pas de course, ils ont accompagné l’ambulance transportant le militaire congolais tué à Gisenyi plus tôt dans la matinée. Selon les autorités rwandaises, ce militaire avait traversé la frontière et ouvert le feu blessant deux policiers. Il aurait lui-même été abattu par un officier de la Police rwandaise. 

La tension était déjà perceptible tôt le matin. Certains jeunes se regroupaient déjà et ne cachaient pas leur intention de franchir la frontière à la suite de cet incident. La situation a été calmée grâce au dispositif déployé par les autorités militaires, policières et douanières de la RDC. 

Le général de brigade Ghislain Tshinkobo, le nouveau commandant de la 34e région militaire, a également fait le déplacement pour calmer les esprits et procéder aux formalités d’usage avec les autorités rwandaises pour récupérer la dépouille du militaire congolais. A l’arrivée de l’ambulance sur le territoire congolais, une mobilisation spontanée a été remarquée. Des milliers de jeunes ont envahi les principales artères de la ville chantant « Héros! Héros! Héros ».

Cet incident intervient dans un contexte tendu entre Kinshasa et Kigali. Les autorités congolaises ont pris une série de mesures pour protester contre le soutien du Rwanda au M23 dans le territoire de Rutshuru et de Nyiragongo. Dans la capitale, des appels à la rupture des relations diplomatiques se multiplient dans la classe politique et au sein de la société civile.

Yvonne Kapinga 



Le Prix Nobel Docteur Denis Mukwege veut les réformes au sein des Forces armées de la RDC, au niveau de la Police Nationale Congolaise ainsi qu'à l'Agence Nationale des Renseignements. Cet appel lancé par le gynécologue fait suite à l'insécurité grandissante dans l'Est de la RDC.

D'après lui, le déploiement dans l’Est de la RDC d’une force régionale composée des pays de la sous-région sera à la base de la déstabilisation, d’atrocités et du pillage de nos ressources n’apportera ni la stabilité ni la paix et risque d'aggraver la situation.

Il sied de rappeler que les Forces armées de la RDC ont repris, ce jeudi dans la matinée, le contrôle de la cité de Bunagana dans la province du Nord-Kivu après une contre offensive lancée. L'information confiée par la société civile.

opinion info/CC



Le prononcé de l'arrêt en appel dans l’affaire mettant en cause Vital Kamerhe et ses coaccusés dite « Affaire 100 jours » est renvoyé à 5 jours, soit mardi 21 juin 2022. Tel en a décidé le Premier président de la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe par une ordonnance signée ce jeudi 16 juin et affichée au valve de la juridiction, à la demande des juges siégeant dans ladite cause.

La décision de la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe devrait intervenir ce vendredi. Après le renvoi de la  Cour de cassation, l’affaire avait été instruite, plaidée et prise en délibéré le 2 juin dernier. Actuellement en liberté provisoire, Vital Kamerhe et Samih Jammal attendent cette décision de la Cour.

Déroulement de la procédure

Le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe a condamné les prévenus respectivement à 20 ans des travaux forcés et à deux ans pour Jeannot Muhima. Cette peine a été réduite en appel respectivement à 13 ans pour Vital Kamerhe, 6 ans pour Samih Jammal et une année  pour Jeannot Muhima, libéré à la suite de cet arrêt. Les deux autres prévenus, c'est-à-dire Vital Kamerhe et Sammih Jammal avaient introduit un pourvoi en cassation devant la Cour de cassation qui a annulé l’arrêt rendu en appel avec renvoi de cette cause devant cette même juridiction autrement composée.

actualite.cd/CC


Après une forte offensive, la cité de Bunagana est de nouveau sous contrôle des forces armées congolaises, depuis ce jeudi 16 juin 2022 dans la matinée.

D'après des informations concordantes, les rebelles du M23 et les soldats rwandais ont fuit la cité de Bunagana suite à la puissance de feu des forces armées de la RDC

Il sied de rappeler que le général Ekenge, porte parole du gouverneur militaire du Nord Kivu, avait prévenu les rebelles du M23 que la réaction des forces armées sera sans pitié pour récupérer la cité stratégique de Bunagana, frontalière à l'Ouganda.

In tempore non suspecto, le général de Brigade GR en charge des opérations et de renseignements, Jérôme Chico Tshitambwe (photo), écrivait dans son compte twitter: « Moi et mes hommes, offrirons avant le coucher du soleil, BUNAGANA à notre peuple et au commandant suprême ». Chose accomplie.

Daniel Aloterembi/CC


La République Démocratique du Congo a décidé de suspendre tous les protocoles d'accords, accords et conventions conclus avec les Rwanda. C'est ce qui ressort de la réunion du conseil supérieur de la défense présidée, ce mercredi 15 juin, par le Chef de l'État Félix Tshisekedi

Outre cette mesure importante, la RDC exige notamment au Rwanda de procéder au retrait de ses troupes sur le sol congolais. 

Le conseil supérieur de la défense charge de ce fait le vice-premier ministre de l'intérieur et au commissaire général de la police à prendre toutes les dispositions utiles afin de veiller à la paix . Ces membres ont salué le soutien patriotique ainsi que la forte mobilisation de la population pour soutenir les Forces armées de la RDC.

Enfin, le conseil supérieur de la défense a réaffirmé la volonté du gouvernement congolais à poursuivre les négociations pour le processus de paix de Nairobi.

G.T 



Le président kenyan Uhuru Kenyatta a appelé mercredi 15 juin au déploiement d'une force régionale dans l'Est de la RDC afin d'y rétablir la paix. 

« La Force régionale de l'Afrique de l'Est doit être immédiatement déployée dans les provinces d'Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, afin de stabiliser la région et rétablir la paix », a-t-il déclaré. 

Selon lui, le « conflit ouvert » en cours dans l’Est de la RDC menace de faire dérailler les efforts politiques destinés à rétablir l'ordre au Congo-Kinshasa, dont la population est estimée à environ 90 millions. 

Des chefs militaires régionaux des sept pays de l'EAC doivent se retrouver dimanche 19 juin, afin de mettre au point les préparatifs pour le déploiement de la force régionale, a souligné M. Kenyatta. 

Le Mouvement du 23 mars (M23) a repris les armes fin 2021, en reprochant aux autorités congolaises de ne pas avoir respecté un accord pour la démobilisation et la réinsertion de ses combattants. 

Lundi 13 mai dernier, la localité congolaise de Bunagana, un centre d'échanges commerciaux situé à la frontière ougandaise, est tombée entre les mains de ces rebelles.

L'armée congolaise a accusé le Rwanda de soutenir « l'invasion » de son territoire. Ce que Kigali dément. 

Avec l’AFP



La Commission spéciale temporaire mise en place à l'assemblée nationale pour statuer sur les cas des députés absentéistes a présenté son rapport ce mercredi 15 juin 2022.

C'est ce que renseigne la cellule de communication de la chambre basse du Parlement. Au total, 5 élus du peuple sont invalidés.

Il s'agit de :
 
- Henry Mova

- Marie-Ange Mushobekwa

- Papy Nyango  

- Adolphe Muzito

 - Luc Mulimbalimba

Il sied de noter que c'est pour la première que les députés nationaux soient invalidés pour absentéisme au niveau de l'Assemblée nationale.

Cette démarche avait été rejetée par l'opposition qui estime qu'elle viole le règlement intérieur de la chambre basse du parlement et la constitution de la République démocratique du Congo.

Roberto Tshahe

A Propos

www.culturecongolaise.com

Ali Kalonga

Directeur de la Rédaction

Tél (whatsapp): +243 808 856 557

alikalonga@culturecongolaise.com

Derniers Articles

Newsletter

Rejoignez notre newsletter et recevez des news dans votre boîte de réception. Nous ne vous enverrons pas de spam et nous respectons votre vie privée.